Lundi 24 Août 2015

Publié le par Marishka

 

Lundi 24 Août 2015

nuageux et orageuxMétéo : nuageux et orageux

Matin : 17°C

                     Après-midi : 21°C

Je confirme c'est bien la pluie ! Levée depuis 3 heures c'est elle qui m'a tirée de mon sommeil. L'appart ouvert aux 4 vents, je me suis levée pour m'assurer que je n'allais pas avoir les pieds dans l'eau, en me levant.

Lundi 24 Août 2015

Vendredi matin, 2 charpentiers (le père et le fils) se sont présentés pour réparer la gouttière du toit qui fuit en cataractes sur mon balcon. Je pensais qu'il allaient passer par l'extérieur à l'aide d'un engin élévateur comme ils l'avaient fait il y a quelques années... mais non, ils me disent qu'ils passent par la trappe sous le toit et descendent le long du toit jusqu'à la gouttière (????) Ça me paraît bien périlleux ! Je les laisse œuvrer... Coup de sonnette au bout d'un moment : "Nous n'avons pas la clé de la trappe" ! Génial ! C'est l'ascensoriste qui la détient... Ben moi je vais encore devoir attendre qu'ils trouvent la clé pour réparer la gouttière ! En attendant voilà les cataractes à nouveau sur mon balacon !

Paroles de menteur !

Thalys : Ayoub El Khazzani, "médusé", nie les accusations de terrorisme.

"Il  est médusé du caractère terroriste qui est attribué à son action", a expliqué à BFM-TV l’avocate commise d’office qui l’a conseillé juste après son arrestation en gare d’Arras, Me Sophie David.

"Il avait déjà entendu parler de gens qui braquaient pour avoir de l’argent (...) donc il a pris les armes et il est monté dans ce train pour effectivement rançonner les passagers", a raconté Me David. Très maigre et très hagard, il a pensé à ce braquage pour pouvoir se nourrir.
Le Marocain pensait ensuite tirer dans une vitre du train et sauter par la vitre pour s’échapper.
Quand l’avocate lui a expliqué qu’il y avait des blessés, son client est tombé des nues. "Pour lui il n’y a pas eu de coup de feu", la kalachnikov n’a pas fonctionné et il a été maîtrisé immédiatement.
Aidé d’un traducteur, car il ne parle pas un mot de français, selon l’avocate, Ayoub El-Khazzani a aussi assuré avoir trouvé les armes dans une valise cachée dans un jardin public près de la gare de Bruxelles-midi, là où il dort fréquemment avec d’autres SDF.

17H50 : un Marocain de 26 ans, armé d’un fusil d’assaut kalachnikov avec neuf chargeurs, d’un pistolet automatique Luger et d’un cutter, ouvre le feu dans le train à grande vitesse Thalys 9364 qui relie Amsterdam à Paris, peu après le passage du convoi en France, à Oignies (Pas-de-Calais).
Un premier voyageur, un Français de 28 ans employé dans une banque aux Pays-Bas, tente de désarmer l’homme alors que celui-ci sort des toilettes. L’agresseur parvient à lui échapper, tire plusieurs coups de feu. Un passager d’une cinquantaine d’années, de nationalité franco-américaine, est atteint.
Deux passagers, des militaires américains en vacances, Alek Skarlatos et Spencer Stone, aidés par un Britannique Chris Norman, réussissent à désarmer l’agresseur et à le maîtriser.
Dans la bagarre, Spencer Stone est blessé à coups de cutter ce qui ne l’empêche pas de porter secours au passager qui a été touché à la gorge par un coup de feu.

Moi je suis médusée par tant d'aplomb ! Pas de coups de feu ? gonflé celui-là ! Comme un gosse, il nie la main prise dans le sac ! Il n'y a que son avocate qui gobe ça !

Après le choc, l'heure est aux investigations pour les policiers. Photo AFP

La CPAM l’avait enregistré comme mort.

René Millat a connu une mésaventure dont il aurait aimé se passer. Endeuillé par la mort de son épouse en juin dernier, cet habitant de Tignieu-Jameyzieu s’est trouvé confronté à une péripétie administrative. "À la suite de la mort de mon épouse le 5 juin, j’ai entamé des démarches pour transmettre l’acte de décès officiel à la Caisse primaire d’assurance maladie de l’Isère [CPAM]."

Un courrier adressé à sa femme décédée, reçue plus d’un mois après.

Un mois et demi après l’envoi du document, le Tignoland reçoit une surprenante objection de l’administration : “En réponse à votre demande du 15 juin, concernant le décès de René Millat, je vous informe que la CPAM de l’Isère ne peut vous verser le capital décès car les conditions d’attribution ne sont pas réunies”. "Ce courrier est adressé à ma femme décédée et indique que c’est moi qui suis mort. En plus, je ne l’ai pas fait pour une histoire de capital décès mais seulement pour les informer", raconte-t-il. Il n’est pourtant pas encore au bout de ses peines. Souhaitant corriger cette erreur, il décide d’appeler l’antenne grenobloise de l’administration. "J’ai expliqué mon problème, tout en indiquant quand même que j’étais encore vivant. La personne au bout du fil m’a sèchement répondu qu’il fallait adresser un courrier au service des contentieux et m’a même raccroché au nez." Le problème du Tignoland s’est finalement réglé à la CPAM de Bourgoin-Jallieu, quelques jours plus tard. "Ils se sont occupés de rectifier l’erreur et étaient même désolés de l’accueil que j’avais reçu. Ils ont été corrects avec moi, à la hauteur de leur tâche. Tout est finalement rentré dans l’ordre", conclut René Millat, soulagé.

De son côté, la CPAM n’a pas souhaité faire de commentaire à ce sujet, invoquant le secret professionnel.

Le courrier de la CPAM notifie la mort de René Millat et est adressé à sa défunte épouse.

C'est quelque chose se battre contre des moulins à vent l'administration !

Je vous souhaite une bonne journée !

PLUIE.gif

tumblr_mt38ifBPz71s4e9y0o1_400

 

Commenter cet article

NanyFran 25/08/2015 06:11

Malheureusement, avec l'administration, il faut s'attendre à tout et rien...
Bonne semaine à toi, bizzz