Samedi 8 Octobre 2016

Publié le par Marishka

 

Samedi 8 Octobre 2016
en partie ensoleillé
Météo : en partie ensoleillé
Matin : 6°C
Après-midi : 16°C
Quelques nuages pour agrémenter le ciel, et un peu frisquet !

Quand les djihadistes touchent le RSA !

La République est bonne fille, même ses pires ennemis profitent de ses largesses. Farouk Ben Abbes, par exemple, l’islamiste radical assigné à résidence dans un quartier de Toulouse. On lui impute plusieurs projets d’attentats et une troublante proximité avec Fabien Clain, le converti français qui a revendiqué la tuerie du 13 novembre pour Daech. A priori, ce Belgo-Tunisien - "menace pour la sécurité publique" selon le ministère de l’Intérieur - se soucie du code pénal comme de sa première djellaba. Il barbote pourtant avec aisance dans le maquis de nos procédures et sait utiliser les voies légales à son avantage. Jusqu’à percevoir 21 650 euros de dédommagement, en mars, après deux mois d’incarcération jugée abusive par la cour d’appel de Paris. Allah est grand, d’accord, mais l’État de droit aussi !
Bien qu’ayant cotisé chez les salafistes plus souvent qu’à la Sécu, le très pieux Ben Abbes estime devoir bénéficier des minima sociaux. Il a donc consciencieusement rempli son dossier et vient de recevoir une réponse favorable. La Caisse d’allocations familiales de Haute-Garonne lui octroie bel et bien le RSA, avec effet rétroactif au 1er juillet. Accorder le "Revenu de solidarité active" à un tel personnage laisse songeur. De qui sommes-nous solidaires, au juste ? Mais il paraît que le djihadiste, ressortissant de l’Union européenne, remplit toutes les conditions. "Sa dangerosité supposée ne fait pas partie des critères prévus par les textes" explique l’administration, toujours impeccable dans ces cas-là. Conscient de l’effet désastreux sur l’opinion, le député socialiste Gérard Bapt dénonce "une situation choquante" et promet de saisir l’Assemblée. En attendant, aux bons soins du contribuable, le roi Farouk sourit dans sa barbe.

rsa-islamisme-toulouse-france-societe

Jeu idiot aux conséquences graves.
Onze enfants blessés dans une bousculade au collège.

Onze enfants âgés de 12 à 13 ans ont été blessés, dont une grièvement, lors d’une bousculade jeudi dans un escalier de leur collège à Gennevilliers (Hauts-de-Seine). Les faits se sont déroulés en fin de matinée dans le collège Guy-Môquet de cette commune située à l’ouest de Paris: trois collégiens, en classe de 4ème et 3ème, se sont amusés à faire barrage au bas de l’escalier alors que leurs camarades se rendaient dans la cour, provoquant un attroupement sur les marches.
Puis les trois collégiens se sont écartés d’un coup: ceux qui étaient devant sont tombés à terre et ceux qui étaient derrière les ont piétinés.
Traumatisme crânien et fractures
Parmi les onze blessés, une élève de 5ème, âgée de 12 ans, souffre d’un traumatisme crânien. Elle a été transportée, consciente, vers l’hôpital parisien Necker "en urgence absolue".
Les dix autres ont été pris en charge par les pompiers et le Samu: quatre d’entre eux présentaient une fracture aux membres, les autres étaient blessés au genou, à la cheville, aux jambes ou des symptômes en lien avec le stress. Ils ont été transportés à l’hôpital d’Argenteuil (Val-d’Oise).
Un travail éducatif avec les responsables
"Un accompagnement renforcé a été mis en place en lien avec le maire de Gennevilliers pour ramener le calme et la sérénité. Nous allons commencer à engager un travail éducatif avec les meneurs", a indiqué le directeur académique des Hauts-de-Seine, Philippe Wuillamier, qui s’est ému d’un "jeu idiot aux conséquences graves".
Une enquête pour blessures involontaires a été ouverte.

Photo d'illustration CC-By Andrij BulbaJean Sarkozy brûle un feu et manque de percuter... la police.

Les faits remontent à lundi dernier: l'ancien conseiller général des Hauts-de-Seine Jean Sarkozy, fils de l'ex-président de la République, franchit un carrefour à vive allure... et grille un feu rouge.
Une collision évitée de peu... avec la police
À bord de son véhicule, une Audi Q3, il est alors arrêté par une patrouille de police. L'un des agents raconte "qu'il est arrivé à vive allure en franchissant un feu rouge" et a dû procéder à un freinage d'urgence afin d'éviter une collision... avec la patrouille de police".
"Je vais être en retard à la messe!"
Énervé, stressé, il a alors répété "j'en ai marre, ça n'arrive qu'à moi... je vais être en retard à la messe", selon des propos cités par le magazine "Closer".
Les policiers ont toutefois constaté qu'il était en règle. Ils l'ont laissé repartir, après l'avoir verbalisé pour avoir franchi un feu rouge.
Le fils de l'ancien président n'a rien contesté et s'est même excusé à plusieurs reprises. Jean Sarkozy est désormais juriste dans le cabinet Claude et Sarkozy, où son père est associé.

Il ira pleurer auprès de son "dieu le père" !

Photo archives AFP

Ouragan Matthew : près de 900 morts en Haïti dévasté. (bilan provisire)

Plus de 900 personnes sont mortes en Haïti après le passage de l’ouragan Matthew cette semaine, le plus violent à frapper les Caraïbes depuis près de dix ans. Quatre personnes ont également été tuées en République dominicaine. Les Etats-Unis ont placé trois Etats (la Floride, la Caroline du Sud et la Géorgie) en état d’urgence fédéral pour anticiper le passage de la tempête classée de niveau 3 sur une échelle qui en compte 5. Dans la soirée de vendredi, alors que l’ouragan progressait le long de la côte Est, le pays enregistrait quatre décès.

L'ouragan Matthew a dévasté Haïti, où il a laissé derrière lui plusieurs centaines de morts avant de se diriger vers le sud-est des États-Unis. Un homme au moins a déjà été tué en Floride. Photo AFP

Les arbres ont été balayés, déracinés. Photo AFP

Les habitants tentent de survivre. Photo AFP

A Jérémie 80 % des bâtiments ont été rasés, selon l’ONG Care. La ville d’environ 30 000 habitants « est complètement détruite », a affirmé Jean-Michel Vigreux, directeur de Care Haïti, cité dans un tweet. Ces images ont rappelé le séisme très meurtrier qui avait frappé l’île en 2010. Photo AFP

Comme toujours ce sont toujours les plus pauvres, avec leurs habitats précaires, qui trinquent le plus !

Je vous souhaite une bonne journée !

 

Commenter cet article