Dimanche 27 Novembre 2016

Publié le par Marishka

Dimanche 27 Novembre 2016
Météo : assez ensoleillé

Matin : 4°C    
Après-midi :
11°C
Toutefois un peu de vent, qui nous rafraîchit l’atmosphère.

Hier je me suis rendue à la réunion de la Mairie. Effectivement le maire en a convenu qu'il manquait une signalétique et qu'il était difficile de "me trouver" ! A l'appui de mes dires, un artisan qui lui-même a séché pour se rendre chez un client dans notre quartier ! Le Maire va rencontrer notre bailleur pour y remédier.

Ivre, il saisit un bébé de 3 mois et le suspend au-dessus du vide.

Les faits se sont déroulés au cours de la soirée de vendredi, dans un appartement de Calais. Il voulait à tout prix un verre supplémentaire, mais son hôte avait décidé qu'il avait déjà assez bu. Furieux, l'homme de 52 ans, sérieusement alcoolisé, s'est alors emparé d'un bébé de trois mois, détaillent nos confrères de La Voix du nord.
Le bébé est sain et sauf.
Il le suspend alors dans le vide, menaçant de lâcher le petit garçon si on ne lui sert pas un verre. L'homme a finalement été maîtrisé par les invités et l'enfant, sain et sauf.
Le suspect connu pour des faits de violence et de détention d'armes
Le quinquagénaire a été interpellé par les policiers alors qu'il rentrait chez lui. "On est dans un contexte de libations conséquentes. Les individus avaient beaucoup bu et peut-être pris d’autres produits, a expliqué le procureur de la République de Boulogne-sur-Mer au quotidien régional. L’individu interpellé est connu des services de police pour des faits de violence et détention d’armes. Il avait d’ailleurs un couteau sur lui lors de son interpellation."
Il a été placé en garde à vue et devrait être présenté au parquet en vue d'une mise en examen ce dimanche.

À 6 ans, il échappe à la vigilance de l’école et erre dans les rues pendant une heure.

Ce 15 novembre 2016, les parents de Jordan, 6 ans, s’en souviendront longtemps. "Il a marché pendant une heure, dans le froid, avant de trouver le chemin de la maison", raconte sa maman, Isabelle Cadour, domiciliée à Châtonnay.
Ce jour-là, comme chaque mardi à 15 h 30, Jordan quitte la classe de CP de l’école publique avec ses camarades. La plupart des enfants, dont Jordan, sont inscrits aux TAP, Temps d’activités périscolaires : pour cela, ils doivent rejoindre les locaux municipaux. Ensuite, la maman de Jordan doit venir le récupérer à la garderie avant 18 heures.
Mais ce jour-là, Jordan a échappé à la vigilance des adultes et a quitté l’école sans être retenu. "Il était perdu. Il a marché pendant 3 km, sur des routes sans trottoir, pour rentrer à la maison" raconte Isabelle Cadour.
L’absence de Jordan est vite constatée, lors de l’appel, aux TAP. "Quand je me suis présentée à la garderie, vers 17 h 15, le personnel a été surpris, convaincu que Jordan était avec moi", s’indigne Isabelle. "Nous avons fait alors le trajet jusqu’à l’école avec le responsable de la garderie, j’ai appelé des mamans, puis ma sœur qui était à la maison. Et c’est elle qui m’a annoncé que Jordan venait de rentrer. Elle lui a aussitôt fait prendre un bain car il était frigorifié".
Comme la municipalité, l’école a également été très réactive, adressant elle aussi un courrier aux parents, reconnaissant dans celui-ci que "la responsabilité en incombe uniquement à l’école".

Ce matin c'était la pagaille dans mon ciel bleu :

Je vous souhaite une bonne journée !

 

Commenter cet article