Samedi 1er Juillet 2017

Publié le par Marishka

Samedi 1er Juillet 2017
Météo : averses éparses

Matin : 14°C    
Après-midi :
20°C
Des températures tout à fait convenables pour moi ! Sauf que je n’aime pas beaucoup la pluie, mais je positive en pensant qu’il en faut de l’eau pour les cultures et les nappes phréatiques ! On se console comme on peut ! Hier soir, il pleuvait et j'avais fermé la porte-fenêtre, Magik miaulait devant en me regardant... L'air de dire : "Ouvre-moi, pourquoi tu as fermé ?"

Otilia est bien venue hier. Je ne l'attendais qu'à moitié, vu qu'on ne m'avait pas confirmé si Otilia m'avait "gardé" mon vendredi matin ou si elle œuvrait ailleurs... Elle déplore comme moi que la CARSAT ne m'accorde plus qu'une heure de ménage par semaine, au lieu de 1h30... Ça fait juste une heure pour faire les sols, sanitaires et prises des poussières. Je vais devoir m'atteler à la tâche pour participer au ménage : elle ne pourra pas tout faire Otilia.
Ce qui me fait aussi râler c'est que non seulement l'horaire est réduit, mais ça me coûte plus cher...

DISPARITION : Simone Veil : un symbole, un destin, des combats.

Ancienne déportée, magistrate, ministre, Européenne acharnée, académicienne, Simone Veil a tant de fois échappé à la mort qu’on la croyait immortelle. La France a perdu l’une de ses plus grandes consciences.
Simone Veil, le visage même du courage politique et de la souffrance juive pendant la Seconde guerre mondiale, s’est éteinte hier à l’âge de 89 ans à Paris.
Les Français qui avaient fait d’elle leur personnalité féminine préférée retiendront de cette figure du centrisme une image : celle d’une femme ministre accablée, séchant ses larmes, sur les bancs de l’Assemblée nationale, devant affronter son propre camp pour faire adopter la loi sur l’avortement. Ce sont, ce jour-là, les mots qui la blessent et la renvoient à son douloureux passé à Auschwitz. Bien avant d’être ministre, elle connaît la déportation, l’odeur des camps de la mort, l’humiliation des fouilles corporelles, la faim et le cannibalisme. Alors qu’elle vit à Nice avec sa famille, elle est arrêtée le 30 mars 1944 par deux Allemands en civil. Ce soir-là, elle fête l’obtention de son bac. Sa vie d’enfant touche à sa fin. Elle n’a que 16 ans.

Une belle et GRANDE Dame !

SAINT-CHEF : Braquage au stand de tir : 75 armes dérobées par un gang.

L'attaque s'est déroulée jeudi en début de soirée, à la sortie du stand de tir du Rondeau à Saint-Chef. Quittant les lieux après une démonstration, un représentant en armes a été attaqué par des malfaiteurs lourdement armés de kalachnikov.
Cependant, aucune munition n"a été volée car conformément à la législation sur le transport des armes, le commercial n'avait dans son véhicule que des armes non chargées.
Les malfrats, vêtus de combinaisons noires, encagoulés et gantés, ont fait main basse sur près de 80 armes de poing et armes d'épaules. Abandonnant leur victime au sol, les malfaiteurs ont pris la fuite. Une enquête a été ouverte confiée aux gendarmes de la compagnie de Bourgoin-Jallieu et de la Section de recherches de Grenoble.

Inquiétant quand même !

LANDES : Elle vivait avec le corps momifié de son mari.

Les gendarmes ont été alertés par les voisins, inquiets de ne plus voir le nonagénaire qui vivait à côté de chez eux. "Les voisins, qui viennent épisodiquement en vacances, ont constaté que depuis à peu près deux ans, ils ne voient plus leur voisin", explique le procureur de la République de Dax.
En entrant dans cette maison d'Hossegor (Landes), jeudi matin, les militaires ont découvert le corps momifié du vieil homme.
C'est l'épouse de la victime qui a accueilli les gendarmes, précisent nos confrères de Sud-Ouest. Celle-ci avait continué de vaquer à ses occupations, comme si de rien était.

Dans le lit, vêtu d'un sous-vêtement, d'une polaire et d'un bonnet.
"Les gendarmes arrivent et trouvent le monsieur dans son lit, vêtu d'un sous-vêtement, d'une polaire et d'un bonnet. Mais il ne reste presque que les os et il a sur lui cinq ou six couvertures", a déclaré le procureur de la République de Dax.
L'épouse hospitalisée en psychiatrie
Une enquête a été ouverte pour déterminer les causes de la mort du nonagénaire et la date de son décès. Son épouse a elle été hospitalisée en hôpital psychiatrique.

Je vous souhaite une bonne journée !

 

Commenter cet article

fanfan 02/07/2017 09:57

Il s'en passe des choses !

Les organismes sociaux font des économies sur notre dos . Avec tout le gaspillage qui existe, on a l'impression qu'on se moque de nous.
C'est une grande dame qui disparu .Il n'y en a ps beaucoup comme elle; elle mérite bien d'aller au Panthéon ! Temps pas très chaud , ce matin . Bon dimanche bises

Dany, la Réunion 01/07/2017 20:49

Un enorme.bieou pour roi Magishkq.
Dany. (23h48)