Jeudi 21 Septembre 2017

Publié le par Marishka

 

Jeudi 21 Septembre 2017
                    Météo : beau temps

Matin : 7°C
Après-midi : 22°C
De la douceur en cette veille d’automne.
Hier j'ai réintégré la "cabinet d'aisance" de Magik, à l'intérieur au fond du couloir. Et dire qu'il commençait à s'habituer à aller sur le balcon... il faut tout recommencer !
Marrant et malin : l'autre jour en raison de la fraîcheur, j'avais fermé la porte-fenêtre du balcon. Évidemment Zizique a eu besoin d'aller se satisfaire... voyant la porte-fenêtre fermée, il s'est dirigé au fond du couloir... Il est revenu tout penaud et s'est assis devant la baie vitrée et a miaulé pour que je lui ouvre !

LOT-ET-GARONNE : Disparition de deux sœurs handicapées: la mère en garde à vue.

La mère de deux fillettes lourdement handicapées, disparues depuis plusieurs mois, a été interpellée et placée en garde à vue mercredi à Nérac (Lot-et-Garonne) où la gendarmerie a lancé des recherches autour du domicile familial.
La mère de famille, née en 1967, étaient toujours en garde à vue ce mercredi soir dans les locaux de la section de recherche de la gendarmerie à Agen. Les deux fillettes, âgées de 13 et 11 ans, et "lourdement handicapées", ont disparu depuis décembre 2016, selon les mêmes sources.

Les recherches se poursuivront jeudi
La mère élevait seule les fillettes qui étaient "placées dans un centre spécialisé une partie du temps", le père ayant quitté le foyer, selon une source proche du dossier. Les gendarmes et une équipe cynophile ont procédé toute la journée à une enquête de voisinage et à des fouilles dans la maison familiale ainsi que dans la Gélise, une rivière située à 20 mètres de là.
Les recherches devaient se poursuivre jusqu’à la tombée de la nuit, avant de reprendre jeudi.

Sauve qui peut le père ! Bravo ! Dégueulasse de laisser une telle charge à cette mère, qui a sans doute pété les plombs... Le père est autant responsable.

ISÈRE-NORD : Un nid de cigognes va être délogé puis déplacé.

"La cigogne blanche est une espèce protégée par la loi", rappelle Hervé Coffre. Ce chargé d’études faune à la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) était à Bizonnes, hier, le long de la D51, près de la route de la Planta. Non pas pour réaliser des comptages, mais pour l’avenir d’un nid de cigognes.
Construit au sommet d’un poteau électrique, il pose problème pour des questions de sécurité sur la ligne. Et même s’il est déserté depuis 2014 par les volatiles – il y a eu jusqu’à trois jeunes ici, la dernière reproduction date de 2011 – il faut respecter la réglementation pour le déplacer.
"Sa destruction est interdite par la loi. Pour l’enlever, même pour une question de sécurité, on est obligé de procéder à des demandes de services de l’État et de proposer des mesures de remplacement, d’où la présence de cette nouvelle plateforme. Dans l’Isère, les cigognes sont souvent observées en migration. Mais en nidification, on a seulement un à deux couples", souligne-t-il.

Quatre plateformes en Isère.
Cette plateforme a été montée, hier, par quatre techniciens d’Enedis – partenaire avec la LPO – sur un terrain communal. Elle est implantée à quelques mètres du nid actuel. Il s’agit d’une structure composée d’un poteau classique – comme pour une ligne – surplombée d’une sorte de corbeille en métal. Laquelle peut supporter jusqu’à 500 kg. Le coût : près de 900 €, rien que pour le matériel, à la charge d’Enedis.
"Ce nid avait été déclaré par la cliente depuis un moment. Nous intervenons pour éviter d’autres dégâts, des problèmes de courts-circuits, etc.", explique Gaëtan Mollard, préparateur de l’opération.
Ce mercredi, place au déplacement manuel du nid jusqu’à la plateforme. Par étapes. Le courant sera coupé, à partir de 8 heures, le temps de l’opération.
En France, environ 2 000 couples de cigognes sont recensés contre une dizaine au milieu des années 1970. "La situation devenait critique, la mortalité en Afrique est l’une des raisons de ce déclin. Mais avec l’installation de plateformes, en Alsace et dans les marais du Sud-Est où les migrateurs se plaisent, les cigognes sont revenues."

AGRICULTURE : Noix de Grenoble : la récolte débutera le 23 septembre.

Hier soir, la Commission “Maturité” du Comité interprofessionnel de la Noix de Grenoble (CING) s’est réunie pour déterminer la date de début de récolte pour les vergers à maturité en Noix de Grenoble.
C’est une pratique ancienne, spécifique à l’AOC Noix de Grenoble. Un accord de filière pour faire en sorte que les noix soient récoltées à maturité, dans un souci de qualité et de réactivité sur les marchés.
Cette année la récolte sera lancée le samedi 23 septembre. En fonction de la maturité des noix de leurs vergers, les nuciculteurs peuvent récolter leur production quelques jours plus tard, mais jamais avant cette date officielle. La récolte 2017 devrait être proche, voir légèrement supérieure à celle de l’année dernière qui s’élevait à 14 000 tonnes.

 

Je vous souhaite une bonne journée !

 

 

Commenter cet article

mabiche1231 21/09/2017 09:11

Kikou Marishka,
ils sont malins nos animaux !
ce n'est pas une mince affaire que de déloger les cigognes.
Chez nous on ne voit pas de noix, il paraît que c'est l'annonce d'un doux hiver.
La journée débute avec des nuages, va-t-il faire beau ?
Je te souhaite un bon jeudi, gros bisous,
Nadine