Lundi 25 Septembre 2017

Publié le par Marishka

 

Lundi 25 Septembre 2017
                    Météo : assez ensoleillé

Matin : 11°C
Après-midi : 23°C
Toujours dans la continuité des beaux jours et de la douceur ! Moi j’aime !

Ce matin, je serais bien restée encore un peu sous ma couette.. mis comme d'habitude mon dos en a décidé autrement... la poisse !

Autriche : Un touriste français empêche la chute d'un bus et sauve 22 passagers.

Un touriste français a évité la mort de 22 personnes en stoppant de justesse le car qui allait basculé dans un précipice du Tyrol.
"Nous sommes passés à un cheveu d'une catastrophe", a relevé un porte-parole de la police. Un touriste français a évité la mort de 22 personnes dans les Alpes autrichiennes en parvenant à arrêter in extremis un car qui allait tomber dans un précipice après un malaise de son conducteur, a annoncé dimanche la police.
L'homme âgé de 65 ans, qui faisait partie d'un groupe de 21 touristes français, était assis au premier rang du car qui roulait sur une route d'altitude près de Schwaz, au Tyrol (ouest de l'Autriche), quand le conducteur s'est effondré en raison d'un malaise, selon cette source.
Alors qu'une partie du car était déjà engagée au-dessus du parapet de protection et allait tomber dans un précipice profond de 100 mètres, le sexagénaire a réussi à bondir de son siège pour appuyer in extremis sur le frein, selon la police. Son porte-parole souligne que le réflexe du passager et le fait qu'il ait réussi à stopper le véhicule relevait d'une "chance inouïe".
Neuf personnes ont été hospitalisées à la suite de l'incident, qui s'est déroulé samedi, a-t-il été précisé.

Tatouages : l’étude scientifique qui sème le trouble.

Une récente étude menée au Synchrotron de Grenoble montre que l’encre des tatouages migre sous forme de nanoparticules dans les ganglions par la lymphe.
Les tatouages, les Français ont ça dans la peau. Sept millions de personnes seraient déjà passées sous les aiguilles d’un tatoueur, d’après une étude Ifop pour le syndicat national des artistes tatoueurs (14 % des Français aujourd’hui contre 10 % en 2010*).
Véritable phénomène de société, comme c’est le cas depuis longtemps chez nos voisins allemands ou anglais, le tatouage, c’est comme le smartphone, tout le monde en veut un, ou presque.
Seulement voilà, il y a le décor, le joli tatouage qu’on arbore de face ou de profil, et il y a l’envers du décor, de l’ordre de l’infiniment mémorisé dans le corps.
Les éléments que compose l’encre du tatouage traversent l’épiderme jusqu’au derme, pour ensuite se déplacer sous forme de micro et même de nanoparticules jusqu’aux ganglions lymphatiques. Ce sont les conclusions d’une étude menée par une équipe d’Allemands en collaboration avec le Synchrotron de Grenoble, publiée le 12 septembre dans Scientific Reports.
L’expérience a été effectuée à partir de tissus humains (peaux et ganglions) ex vivo, prélevés post mortem. "Nous savions déjà que les pigments provenant des tatouages se déplaçaient vers les ganglions lymphatiques en raison de leur couleur correspondant à la même couleur que celui du tatouage", explique Hiram Castillo, chercheur en sciences de l’environnement au Synchrotron, l’un des auteurs de l’étude, "en revanche, nous ignorions que le dioxyde de titane voyageait sous forme de nanoparticules et nous en avons trouvé en grande quantité !".

Le Synchrotron de Grenoble :

 

Je vous souhaite une bonne journée !

 

 

Commenter cet article

fanfan 25/09/2017 11:38

Belles images automnales. Moi, je n'ai pas de tatouages , je plains ceux qui en ont partout :ils sont empoisonnés finalement!
Ils reviennent de loin ces touristes quand on voit la photo.
Je te souhaite une bonne semaine .Bisous