Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

LA, CE SONT MES VOEUX LES PLUS SINCERES !

Publié le par Marishka


11 h 45               



Je ne pouvais pas vous laisser sur une note aussi négative, mais ce réveillon de récession, même décrit sous une forme sarcastique; il n'en demeure pas moins que c'est le sort de beaucoup plus de français, qu'on ne croit.

Aussi je prends ma plus belle plume (même ça... ça ne se fait plus) pour vous souhaiter à tous et à toutes, lecteurs fidèles, ou simplement de passage, par ma lucarne rose :


          

        Une très belle et heureuse année 2009

        
 








                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     
              


                                               
                                                                         

                    
          

 
                   
             

 







Partager cet article

Repost 0

SAINT SYLVESTRE !!!! Un réveillon qui rime avec récession...

Publié le par Marishka

Mercredi 31 Décembre 2008 4°C
                                      7°C




Pluie et douceur relative, nos routes ne risqueront pas de se transformer en patinoires, comme dans certaines régions françaises, en cette Saint Sylvestre !
Ce matin, il y a encore des régions en alerte orange, où l'on risque de voir des piétons faire du patinage artistique, "à l'insu de leur plein gré", comme dirait un amoureux de la petite reine (Virenque) !



Francis et Françoise sont confrontés aux méandres et aux mystères de l'informatique.
Un appel de Françoise hier : Elle se dispute avec les joueurs virtuels du Scrabble, qui lui refusent des mots, pourtant "français", me dit-elle !
"Lira" c'est français, et ben, il le veut pas !"
Vocifère t-elle, indignée, dans le bigophone !
Et pendant qu'elle cogite avec ses W, Y, X, Y, Z, les Jacques, Mégane, Frédéric etc... finissent le jeu, avant qu'elle n'ait eu le temps de placer un mot !
J'en déduis que par je ne sais par quel mystère, leur jeu s'est transformé en version "anglaise" !

Après les sacro-saintes siestes des Papys et Mamies, ils sont venus me chercher à la casa, pour aller reconfigurer leur Scrabble.

Impossible de modifier les profils existants (Francis et Françoise) il a fallu trouver la parade, en configurant un nouveau joueur : Moi.
Choisir la version Française pour ce nouveau joueur et supprimer Francis et Françoise et les reconfigurer !
Morte de rire pour cet épisode !
Vive l'informatique !

Le temps de leur donner encore quelques tuyaux, lorsque Francis m'a raccompagnée, c'était sous des trombes d'eau.
Ils prennent soin de leur informaticienne : raccompagnée à domicile ! 

Pendant qu'avec Francis nous nous dépatouillions avec le Scrabble, Françoise m'a copié une recette de gâteaux, qu'elle a faits pour les fêtes.
Des gâteaux casse-dentiers, mais DELICIEUX, tant pis pour les râteliers !

Elle appelle ça des "Massapans".
J'ai trouvé diverses recettes sur la fenêtre du monde, mais ça n'a pas l'air de correspondre à ceux qu'elle m'a fait goûter...
Il y a certes cette base de pâte d'amandes, mais elle est présentée dans des petits moules de pâte brisée semble t-il, alors que la recette de Françoise ce sont des biscuits secs.
Ce serait une recette Marocaine... alors Sourour, si tu me lis...

En attendant voilà celle de Françoise :


-  1 kg d'amandes.
-  800 gr de farine.
-  800 gr de sucre.
-  6 œufs.
-  ½ verre d'huile.(6cl)
-  1 zeste de citron.
-  3 sachets de sucre vanillé.
-  1 pt. de levure.

Dommage ils ont été dévorés, ils n'ont pas eu le temps de poser pour la postérité !
Je vais en faire, je mettrai une photo avant de me jeter dessus.



Cette année 2008 va s'achever sous le signe de la morosité.
Ce matin BFM TV annonce une hausse spectaculaire du chômage !
Ce qui fait dire aux commentateurs, que les chiffres du chômage, ont dérapé... mais là le verglas n'y est pour rien !

64 000 chômeurs de plus, pour novembre : + 3,2% !!!
2 068 000 chômeurs !
Les premiers visés : les intérims, les CDD.

Même les riches commencent à être touchés puisque Chanel, écrème ses effectifs : Ils n'ont plus les moyens de manger leur caviar avec leur petite cuillère en argent.
Mais ou va t-on si les riches se mettent à être pauvres ? C'est un scandale !
D'ici que Fauchon, soit fauché.... j'y vois gros comme le nez au milieu de la figure ! un nez rouge, tant qu'à faire !

Chanel, a célèbre marque de luxe va supprimer tous ses CDD et intérimaires à partir du 31 décembre, selon LCI.
Cela correspondrait à environ 200 personnes.
La crise touche donc aussi le secteur du luxe, en France, en Europe, mais aussi aux Etats-Unis. En cette période de fêtes, les ventes ont baissé fortement. (-34% aux USA).


Et pour vous démoraliser complètement, voilà la carte de France des suppressions d'emplois et des plans sociaux en tous genre :

      

Pour la voir de plus près, vous pouvez vous rendre sur le site en marge de mon blog :
Suppressions d'emplois et plans sociaux, en France, depuis septembre 2008.
Cliquez sur l'image, et attendez que la colonne de gauche se charge.

                         
           
          
 
Pour remonter le moral des troupes, et comme il est de coutume, pour un chef d'Etat français, le petit Nicolas, présentera ses vœux de bonne et heureuse année et surtout de prospérité pour 2009 !
Il va nous gaver comme les oies, pour les fêtes.
C'est ça "l'apolitique" !

En tout cas, fin d'année oblige, il est beaucoup question de réveillon, quand même.

Je vous propose un menu de "réveillon de récession" :

En entrée :

-  Une belle tranche de pâté de foie, et ses petits toasts grillés.
-  Sardines à l'huile, sur canapé.
-  Boudin noir, sur un lit "Parmentier".
-  Purée d'épinards nature. (sans beurre, il va de soi)
-  Fromages : calendos.
-  Salade de fruits en boîte. (Lidl)

Le tout accompagné d'un bon litron de vin rouge ordinaire. (A consommer modérément).


Et puisqu'il faut marquer la fête je vous suggère quelques cotillons.

Je vous ai mâché le travail, je vous ai même fait le menu :


            Menu 
  

-  Une belle tranche de pâté de foie, et   
    ses petits toasts grillés.
-  Sardines à l'huile, sur canapé.
-  Boudin noir, sur un lit "Parmentier".
-  Purée d'épinards nature. (sans beurre, il
    va de soi)
-  Fromages : calendos.
-  Salade de fruits en boîte. (Lidl)

Le tout accompagné d'un bon litron de vin rouge ordinaire. (A consommer modérément).






Partager cet article

Repost 0

Mardi 30 Décembre 2008. "Hospitalier", vous dites ?

Publié le par Marishka

Mardi 30 Décembre 2008 1°C
                                   7°C



Un trio dans notre ciel pour aujourd'hui : soleil, pluie, nuages...
Nous ne sommes pas en alerte orange, comme de nombreuses régions, mais l'Isère est limitrophe de ces départements...



Aux infos :

Ce matin il est encore question de ce malade, victime d'un infarctus et qui a été baladé d'hôpitaux en hôpitaux, (27) pendant 6 heures, avant de décéder faute de trouver un lit, en milieu qu'on dit "hospitalier" !

Roselyne Bachelot s'est empressée de dire qu'il y avait eu une faute de "coordination", et qu'il y avait 11 places de libres, dans les hôpitaux de la région parisienne !

La sécurité des patients n'est plus assurée dans les hôpitaux en Ile-de-France, pendant cette période de fêtes", s'est exclamée l'Association des médecins urgentistes (AMUF), dans un communiqué diffusé dimanche après la mort d'un patient, qu'elle impute au manque de places en réanimation.


                   

Évoquant un risque de "catastrophe sanitaire", le principal syndicat de médecins urgentistes (Amuf) a demandé au gouvernement de déclencher un plan d'urgence et de rappeler des personnels. Le Parti socialiste a aussi demandé des mesures.

La ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, a écarté ces options et a dénoncé, lors d'une conférence de presse, une "exploitation politicienne". Elle estime que les moyens de l'hôpital ne sont pas en cause et explique l'épisode par un problème d'orientation et d'organisation.

Le ministère a confié une enquête administrative à l'Igas (Inspection générale des affaires sociales). Une enquête préliminaire de police sera ouverte, a dit le parquet d'Evry (Essonne), après le dépôt par l'épouse de la victime d'une plainte pour "non-assistance à personne en danger".

La victime, âgée d'une cinquantaine d'années, atteint d'une détresse respiratoire samedi soir à Massy (Essonne), a appelé le Smur (Service mobile d'urgence et de réanimation), qui l'a transporté aux urgences de Longjumeau.

Là, les médecins ont jugulé plusieurs arrêts cardiaques et ont entrepris de lui trouver un hôpital mieux équipé pour pratiquer un examen des artères coronaires et le placer dans un lit de réanimation, a raconté Roselyne Bachelot.

Selon la ministre, 24 hôpitaux l'ont refusé. L'Association des médecins urgentistes de France (Amuf) parle de 27 refus. L'hôpital Bichat l'a finalement accepté vers 05h00 du matin et adressé à Lariboisière pour la coronographie. C'est après son arrivée là que le patient est mort, a dit la ministre.

RÉFORME DE L'HÔPITAL EN 2009

L'Amuf estime que "la sécurité des patients n'est plus assurée dans les hôpitaux en Ile-de-France pendant cette période de fêtes". Le syndicat, dans un communiqué, "demande aux plus hautes autorités de l'État de prendre des mesures énergiques".

Selon lui, il n'y a plus aucun lit de réanimation ouvert en Ile-de-France en ce moment. Roselyne Bachelot assure qu'il y avait onze lits de réanimation répartis sur dix hôpitaux la nuit des faits.

"Il y avait des lits disponibles et au maximum à 20 minutes de Longjumeau. Il y avait une offre de soins qui n'a pas rencontré la demande", a dit la ministre, jugeant l'affaire "incompréhensible" en l'état.

Le professeur Jean-Yves Fagon, de l'Assistance publique, a expliqué qu'il arrivait que des chefs de service refusent des malades pour réserver leurs lits en cas d'urgence pour leurs propres patients. "Le procès qui a été fait est un procès de moyens qui n'est pas digne", a ajouté Roselyne Bachelot.

Elle a orienté les soupçons vers les médecins ayant pris en charge le malade. "Il y a eu visiblement un problème de diagnostic, de régulation. Ça pose la question d'un pilotage régionalisé et unifié", a-t-elle dit.

En grève symbolique depuis trois semaines, les médecins de l'Amuf dénoncent le manque de moyens et de personnel dans les hôpitaux, un constat contesté par le ministère.

Selon Benoît Leclercq, directeur général de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris, il y a "20 à 30 lits de réanimation" habituellement disponibles en Ile-de-France, chiffre qui paraît infime pour une population de plusieurs millions d'habitants mais correspond selon lui aux besoins constatés.

L'affaire survient après le décès accidentel d'un enfant de trois ans à l'hôpital Saint-Vincent-de-Paul à Paris le soir du 24 décembre. L'Amuf impute ce décès, dû à une erreur de perfusion, à la désorganisation de l'hôpital.

Là aussi, Roselyne Bachelot a dénoncé une polémique "politicienne". Elle doit présenter dans les prochaines semaines un plan pour l'hôpital voulu comme une "modernisation" du secteur, et condamné par l'Amuf. Le PS demande à la ministre de reprendre la concertation et de revoir le projet.

Thierry Lévêque, édité par Gilles Trequesser




Au moment où l'on parle de faire travailler les employés des commerces, le dimanche, il est scandaleux de voir qu'en ces périodes de fêtes, les hôpitaux libèrent des lits, pour permettre aux personnels hospitaliers de prendre des jours de vacances !
Il est vrai aussi que les infirmières en sous effectif, sont de plus en plus sollicitées.

Je me souviens de ma sœur Anouchka, qui habitait encore à Bordeaux en 2004, hospitalisée, victime d'une grave infection nosocomiale, à la suite d'une opération. Pour libérer un étage complet en raison des fêtes, elle avait été transportée dans un autre hôpital !
A croire que pendant les vacances estivales et les jours de fêtes, il ne faut pas être malade !

 

Ça me rappelle aussi, en 2004, Alex victime d'une hémorragie cérébrale, seule chez elle avec ses enfants, qui à plusieurs reprises avait appelé le 15 vainement.
On lui disait au téléphone de prendre des Dolipranes et comme elle vomissait, on lui a dit de les prendre sous forme de suppositoires... qu'elle n'avait pas dans sa pharmacie.
Ce jour là, je revenais de Bordeaux où j'étais allée aux vendanges avec Francis et Françoise, c'est ma petite-fille Méghane alors âgée de 10 ans, qui m'avait appelée au secours.
J'avais recomposé le 15 où l'on m'avait dit :
"Ce n'est pas la peine d'appeler, on a dit à votre fille, ce qu'il fallait faire !" 

J'avais dû menacer d'une plainte pour non assistance à personne en danger, pour qu'enfin ils consentent à envoyer un médecin chez ma fille, en m'envoyant balader de façon méprisante !

15 jours après, tirée d'affaire, alors qu'elle était en convalescence chez moi, elle a eu à nouveau des maux de tête...
J'ai appelé le 15 en expliquant ses antécédents récents : 5 minutes après ils étaient en bas de l'immeuble !
Fort heureusement cette fois ce n'était qu'une fausse alerte. Une réaction normale, après les artériographies etc... qu'elle avait subies.

Voilà lorsque vous faites le 15, vous êtes soignés par téléphone !
"Un doliprane dans le cul, et faites pas chier" !
C'est tout à fait ça ! D'où croyez-vous que le mot "patient" vienne ?

 

Allez on termine avec une note d'humour.

                    Voilà le vrai calendrier du bonheur :


      





Partager cet article

Repost 0

Lundi 29 Décembre 2008. Jour du bon débarras aux States.

Publié le par Marishka

Lundi 29 Décembre 2008  0°C
                                           
           5°C



Pour l'instant pas l'ombre du moindre nuage, c'est plein soleil dans mon salon !
Ne crions pas victoire trop vite...

10h30 j'ai déjà des copinautes qui se demandent où je suis passée, si je ne suis pas restée coincée dans mon lit !
Je les ai mal habituées, elles attendent mon article aux aurores !

Rien de tout ça, je me suis penchée ardument sur mon tableau de stats, que je rédige sur Works.
J'avais pas mal de données à rentrer et des modifications à apporter.
Caramba en sait quelque chose, je lui avais envoyé un tableau vierge.
Si vous êtes intéressés, blogueurs d'Over-Blog, je vous l'enverrai sur votre adresse email. Il n'y a qu'à me le demander.

A propos d'OB, j'ai eu un commentaire, de Marisa, qui habite le pays de la langue de Gœthe (Allemagne s'il est besoin de le préciser).
Je pestais contre OB à propos des statistiques qui sont calculées de façon kafkaïenne...
Voilà ce qu'elle m'a écrit, si celui-ci vous a échappé :


Les tampons hygiéniques OB ont été inventés par une Allemande sportive. Ohne Binde : sans bande hygiénique. Le mot "binde" est à l' origine d' autres mots comme liaison, réseau...           Donc  : OB = SANS LIAISON !  Maintenant, tu comprends pourquoi tous ces problèmes. 

OB : une histoire hygiénique en tampon !


Au seuil de la nouvelle année, nous les français nous serions bien inspirés de faire comme aux States.
Ça ne saurait tarder, on adopte tout ce qui vient d'outre Atlantique.

Aujourd'hui chez eux c'est le "jour du bon débarras".


Alors de quoi s'agit-il ?


NEW YORK,le 31/12/08- Des téléphones portables aux photos des "ex", des dizaines de New-Yorkais dépités sont conviés aujourd'hui à jeter leurs pires souvenirs de l'année écoulée, dans un broyeur de détritus installé à Time Square.

"Je me débarrasse de ma fiancée, après une relation de cinq ans", dit Pierre Lucien, 47 ans. "Je jette sa photo parce qu'elle me rappelle de mauvais souvenirs: elle était avec un autre pendant que j'étais en vacances", explique-t-il.

Le broyeur a été installé par des riverains de Time Square, au coeur de Manhattan.

"Je jette dans ce broyeur mon obsession de l'alcool, des drogues et des femmes", dit un quadragénaire. "Je vais bien depuis 32 jours, mais je veux persévérer", ajoute-t-il.

Certains ont des dossiers volumineux à détruire, tel cet homme qui extrait d'un sac des documents bancaires, un prêt hypothécaire auquel il ne souhaite visiblement plus penser.

Géraldine, une Equatorienne de 36 ans, est venue avec sa fille pour se débarrasser symboliquement de son ex-mari: "il s'est mal conduit, et le voilà parti!", dit-elle. "Nous jetons également quelques collègues de travail", ajoute-t-elle.

D'autres détruisent des souvenirs moins importants, comme un programme de théâtre "dont le message ne m'a pas porté bonheur", dit Emmy, 24 ans.

Joe Costanella est arrivé avec une idée fixe: se défaire d'une poubelle achetée par son épouse et qu'il trouve peu pratique. Il la démolit furieusement à coups de marteau. L'assistance, d'abord médusée, s'enthousiasme et lui confie un téléphone portable, puis un BlackBerry, qui partent en éclats sous les applaudissements.

Les détritus ont ensuite été jetés dans une benne à ordure, et les organisateurs ont octroyé 250 dollars à la gagnante Eileen Lawrence, une New-Yorkaise qui vit dans l'Upper West Side, et qui s'est débarrassée de son chef.

Si je vaux les imiter, il va me falloir un
 camion pour remonter aux années précédentes.

Moralement ça doit faire du bien !
Si on pouvait se débarrasser des factures et de Sarko, pendant qu'on y est !

Et vive l'année 2009 !!!!











La machine à broyer les mauvais souvenirs a été installée sur Time Square, au coeur de Manhattan. (Photo AFP)



Hier après midi, j'ai flemmardé devant une de mes lucarnes magiques (la télévision et l'écran du PC). Là, en l'occurrence c'était devant la télé.
Que des navets en ce dimanche après midi !
Habituellement il y a des films sur M6.... Hier ils en ont diffusé un à rallonge : "Dinotopia" qui a duré de 15 heures à 19 h 50 !!! et qui n'a pas  
suscité mon intérêt...
J'ai procédé à un zapping, et j'ai fini sur France2, qui rediffusait : "Rendez-vous en terre inconnue" avec Muriel Robin : un vrai régal, dont je ne me lasse pas. D'autant plus que c'était le premier de la série.

Le soir, "Charlie et sa chocolaterie", n'a pas réussi à me tenir éveillée, malgré, tout ce chocolat qui coulait à flots !
Lorsque j'ai enfin rouvert mes yeux, je me croyais encore chez Charlie, alors qu'il était question des frères Grimm... je ne comprenais pas trop ce qu'ils venaient faire dans la chocolaterie... Bon après tout c'était possible... me dis-je.
Au bout d'une demie heure, toujours pas question de Charlie... il a disparu du film.
Je consulte mon programme.... c'était le film suivant !
Dégoûtée, je ne sais pas ce qu'a gagné Charlie...


Aux infos :

Beaucoup de problème en ce moment dans les services hospitaliers.
justement ils ne le sont pas trop "hospitaliers", puisque les hôpitaux de Paris ont refusé d'admettre un patient victime d'un infarctus du myocarde !

 

 

"Un homme, victime d'un malaise cardiaque, est mort après avoir attendu près de six heures une place dans un service de réanimation. Le Samu qui lui a porté secours chez lui avait cherché, en vain, une place dans 27 hôpitaux." AFP.

 



Il y a quelques jours c'était une infirmière qui se trompait en faisant une perfusion mortelle à un enfant.
Trois jours après c'est une dame qui décède dans un autre hôpital, dans des circonstances obscures...


Voilà une nouvelle affaire qui va alimenter la polémique actuelle sur le manque de moyen des hôpitaux publics.
 
Au lendemain de la mise en examen de l’infirmière soupçonnée d’avoir provoqué la mort de Ilyès, suite à une erreur de perfusion à l'hôpital Saint-Vincent de Paul, dans le XIVème arrondissement de Paris, la famille d’une octogénaire décédée le 26 décembre à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris vient d’annoncer son intention de porter plainte pour « homicide involontaire. »

Que s’est-il passé ?

Cette dame de 85 ans qui souffrait de troubles de sommeil est entrée le 23 décembre au soir à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière pour des examens, dans le service de la neurologue Isabelle Arnulf.
Trois jours après son admission, cette dame est décédée au service réanimation pneumologie de l’hôpital après s’être étouffée en prenant son repas et avoir fait un arrêt cardiaque.


Dans les hôpitaux psychiatriques des malades dangereux s'évadent...


Voilà de quoi nous inquiéter !





Partager cet article

Repost 0

UNE RECETTE UN PEU PARTICULIERE.

Publié le par Marishka







              Des ingrédients faciles à trouver ! 



                                                         

-  1kg de sincérité
-  500g de bonne volonté
-  3 cuillères pleines de compréhension
-  Du soutien inconditionnel à la louche
-  Humour et bonne humeur à volonté

-  Pour minimum : 2 personnes
-  Préparation : 30 min minimum hebdomadaire
-  Cuisson : Toute la vie
-  Pelez votre coeur, retirer les rancoeurs et les jalousies, pour obtenir une sincérité pure.
-  Coupez les quartiers en grandes tranches, beurrez-les de compréhension,
-  Nappez-les de soutien inconditionnel ,
-  Ajoutez de la bonne volonté, finement rapée et parsemé de compréhension. 
-  Couvrez-les et laissez cuire à feu doux.

-  Présentez ce plat chaud accompagné d'un sourire.

 





je suis prête à savourer cette recette et vous ?

Si oui reportez-là sur votre blog, en disant ou vous l'avez lue et d'où elle vient.





Moi je l'ai trouvée chez Colette














Partager cet article

Repost 0

Dimanche 28 Décembre 2008

Publié le par Marishka

Dimanche 28 Décembre 2008 -2°C
                                          4°C


Une météo brumeuse pour aujourd'hui...

Je n'ai pas eu le temps de revenir sur mon blog, à mon retour de chez Francis.
Une grande satisfaction : j'ai pu le dépanner et lui installer des programmes qu'il voulait.
J'ai commencé par débrancher sa freebox ainsi que le téléphone qui semblait vouloir fonctionner à nouveau, mais seulement en répondeur.
A peine le tout rebranché : Eurêka ! 
La "Free ture" fonctionnait et le téléphone "phonait", faisant dire à Francis :
"Il y a longtemps que je l'ai plus entendu celui-là !"
Il en a profité pour tout de suite appeler Pierre aux Antilles, qu'il a surpris.
Pierre :
"Attends raccroche, je t'appelle avec Skipe, c'est moins cher !"
Francis :
"Et pour moi c'est gratuit !"
"Ha bon ?"
"Oui j'ai le net !"
"Ha tu t'es mis au net ! c'est bien, tu vas voir, tu vas en apprendre tous les jours !"
Il ne croyait pas si bien dire. La leçon a commencé dès le téléphone raccroché.

Francis peu enthousiasmé par la messagerie de Free, voulait que "Nestor" d'IncrediMail, comme chez moi, lui apporte ses emails sur un plateau d'argent...
Il m'avait vue à plusieurs reprises rédiger des emails, et l'interface lui paraissait plus attractive et plus simple.
Après l'installation, je lui ai donné quelques leçons, pour faire les premiers pas sur IncrediMail.
En bon élève accompli, Francis avait sorti son cahier et notait au fur et mesure mes explications.

Ensuite nous sommes passés à l'installation du Scrabble d'Ubisoft.
Il s'agit d'une version démo gratuite. Le seul hic, c'est que la partie ne dure que 15 minutes. D'un autre côté, ça apprend à jouer vite.

Ils étaient béats Francis et Françoise !
Françoise a tout de suite voulu tester le Scrabble. Et évidemment elle s'est fait surprendre par le chronomètre qui va plus vite que ses neurones à chercher "des mots qui payent" !
Françoise désappointée que seul "Jacques l'expert" puisse continuer à jouer et Francis mort de rire de voir Françoise qui ne pouvait plus en placer une ! (lettre) : une scène qui m'a bien amusée !

Le temps de faire tout ces installations, il était midi, et ils m'ont gardée à manger.

Après le repas, j'ai pris congé d'eux, les laissant devant leur infusion et Françoise déjà accaparée par le Scrabble.
De retour à la maison, à peine avais-je eu le temps d'ouvrir les emails, qui m'attendaient, que Rosetina et Bernard sont venus me rendre visite.
Rosetina m'apportait le cadeau que le Père-Noël avait déposé sous son sapin, pour moi.
A peine ai-je eu le joli paquet dans les mains, que j'ai deviné le contenu !
Vous avez trouvé ?
Un superbe Caruso aux couleurs chatoyantes, dans les tons de mon salon !
Il a rejoint mes autres gallinacés sur l'étagère où il fait figure de "meneur" de basse-cour.






























Peu de temps avant j'avais accueilli ce pupître
 surmonté d'un Caruso : cadeau de Virginie.


Ma basse-cour commence à être conséquente !

Nous avons passé un bon après midi à deviser de choses et d'autres, devant du thé et un Stollen, et le soir est vite arrivé...
A propos de Stollen, c'est Lidl, qui fait le meilleur !
Un gros regret... j'ai oublié de leur faire goûter mes orangettes.... Rosetina, si tu me lis tu sais ce que tu as à faire : repasser à la casa !


                            Tout sur le Stollen.


                 

Saveur d'Allemagne.

Temps total: plus de 2 heures
Temps de préparation: 30 minutes
Temps d'attente: 4 heures
Temps de cuisson: 45 minutes
Température du four: 190°C. (375°F.)
Difficulté: Facile.
Ingrédients :
Pâte
- 450 g de farine
- 130 ml de lait entier tiède
- 35 g (3 c. à soupe) de sucre
- 42 g de levure fraîche
- 150 g de raisins
- 135 g (125 ml) de beurre fondu
- 5 jaunes d'oeufs
- 70 g d'amandes sans peau, hachées grossièrement
- 50 g de zestes de citron confits hachés finement
- 50 g de zestes d'orange confits hachés finement
- 1 c. à soupe de rhum
- 1 c. à soupe de sucre vanillé
- le zeste d'un citron
- 1 c. à thé de sel
Finition
- farine et beurre pour le moule
- 100 g (6 c. à soupe) de beurre
- 100 g de sucre glace
- 1 c. à thé de tout-épices

Progression :
  1. Tamiser la farine dans un grand bol.
  2. Dans un petit bol, mélanger le lait, le sucre, la levure fraîche émiettée et 5 cuillerées à soupe de farine tamisée. Couvrir d'un linge et laisser reposer dans un endroit chaud environ 20 minutes.
  3. Pendant ce temps, laver les raisins; les assécher avec un linge de cuisine.
  4. Dans un bol verser la farine, le beurre fondu et tiède, les jaunes d'oeufs et la levure (2); pétrir à la main ou au mélangeur muni d'une spatule jusqu'à l'obtention d'une pâte souple.
  5. Ajouter les raisins, les amandes, les zestes confits, le rhum, le sucre vanillé, le zeste de citron et le sel; pétrir à nouveau;
  6. couvrir la pâte d'un linge et laisser reposer jusqu'à ce qu'elle double de volume.
  7. Beurrer et fariner le moule; secouer pour enlever l'excès de farine.
  8. Pétrir à nouveau la pâte et déposer dans le moule; laisser reposer encore 30 minutes ou davantage - la pâte devrait monter au trois-quarts du moule (selon la grosseur du moule).
  9. Recouvrir une plaque de papier parchemin et retourner le moule contenant la pâte sur le papier. Cuire à 170° C (340° F) 45 minutes. Retirer le moule et continuer la cuisson 20-30 minutes.
  10. Dès que le stollen est cuit, retirer du four et le badigeonner de beurre fondu. Au fur et à mesure que le stollen "boit" le beurre, badigeonner à nouveau jusqu'à la fin du 100 g.
  11. Parfumer le sucre glace de tout-épice et saupoudrer sur le stollen. Laisser refroidir. Envelopper d'une pellicule plastique et laisser 2-4 semaines avant de découper.

Propos gourmands :
Pour vous parler de Stollen, nous nous sommes attardés tout d'abord chez Stollenbäecker, à Mendig-Obermendig en Allemagne, fabricant de Stollen depuis des générations qui gagne chaque année les oscars du meilleur stollen. Gâteau traditionnel de fin d'année, issu d'une tradition vieille de plus de 500 ans, les Stollen sont préparés traditionnellement de la fin septembre à la fin décembre. C'est un pain aux fruits farci au massepain, servi chaud ou froid. Je pense, explique Bernd Kütscher, que le plaisir est décuplé le lendemain, au petit déjeuner, alors qu'on mord dans une tranche grillée et bien beurrée.

Il existe plusieurs variétés de "Stollen" dont celui qui ressemble à une grosse crêpe fourrée. C'est en fait un gâteau truffé de fruits confits macérés dans le rhum, farci d'une crème d'amande et replié pour emprisonner la farce. Cette forme particulière symbolise l'enfant Jésus emmailloté dans ses langes.

Stolen de Dresde
Ce sont les boulangers de Dresde qui créèrent cette recette, un mélange subtil d'épices, d'écorce confite de citron et d'orange, de raisins parfumé au rhum et au kirsch.

Petite histoire du Christstollen
C'est à la boulangerie Sarodnick à Dresde que nous avons appris toute son histoire. C'est une tradition qui remonte très loin dans le temps puisqu'on en fait mention en 1330 dans le Naumburg an der Saale de la Guilde des boulangers où il est clairement défini que la fabrication du stollen est un privilège épiscopal. On retrouve des traces de sa fabrication à Dresde en 1400 mais c'est un siècle plus tard que la tradition devient hautement populaire. Les "pains du Christ de Noël" sont vendus au marché de Striezel, le plus vieux marché de Noël d'Allemagne. On enregistre en 1560 deux stollens de près de 18 kilos qui ont été offerts au châtelain. Chacun était transporté par 8 boulangers dont 4 Maîtres-boulangers. Cette coutume s'est perpétuée pendant de nombreuses années.

C'est Auguste, le puissant, qui commanda le plus gros stollen de tous les temps en 1730. Il pesait 1,8 tonne et devait être réalisé par la guilde des boulangers à l'occasion du Zeithainer Lustlager où on devait accueillir 24 000 invités.

Il n'était pas facile de produire de bons stollens à partir de farine et d'eau parce que la religion catholique avait défendu l'emploi du lait et du beurre dans le gâteau. En 1647 Kurfürst Ernst et son frère Albrecht décidèrent de présenter une supplique au pape lui demandant de faire tomber ce "Butter ban". L'histoire ne dit pas si les boulangers avaient envoyé un stollen avec leur supplique mais le pape jugea leur requête favorable et envoya une "lettre de beurre" autorisant l'emploi de lait et de beurre dans leur stollen, avec sa bénédiction, à la condition de payer un droit juste et raisonnable.





 

Partager cet article

Repost 0

Samedi 27 Décembre 2008

Publié le par Marishka

Samedi 27 Décembre 2008 -5°C
                                      2°C



Un avis de grand froid sur l'hexagone ! mais aussi un avis de grand soleil !

Hier il avait été convenu avec Virginie, que je devais la ramener sur Voiron dans l'après midi.
Venue m'aider à finir nos reliquats de réveillon, Francis et Françoise ont débarqué avec des victuailles de leur repas de Noël !
Du coup J'ai prié Virginie de me donner un coup de main à finir la dinde aux marrons, et le feuilleté au saumon.
Je ne l'ai raccompagnée que vers 20 heures.
Là c'est fini... les agapes sont terminées, je vais pouvoir "me recadrer".

Ce matin je retourne chez Francis, qui a des difficultés à visiter la fenêtre du monde.
Hier après midi, il est venu avec son PC portable et chez moi : plus de Google, ni d'accès à l'interface de Free...
Une page d'inscription au "Neuf" était omniprésente à chaque ouverture d'un programme... elle était incrustée dans l'ordi et impossible de faire autre chose que de s'inscrire !
On n'en n'avait rien à f.... du Neuf ! On voulait notre Free ture !
Je n'y ai rien compris !
Lorsqu'il est rentré chez lui... cette page ne s'affichait plus !
C'est compliqué l'informatique !
Volatil disait Anouchka !


A l'instar des températures mon BR est en chute libre....
Encore un truc qu'il est difficile d'apprivoiser.
On ne connait pas trop leur calcul Kafcaïen, ça fait partie d'un domaine occulte, et j'ai toujours l'impression qu'OB me lèse.
Certes un nombre de visiteurs un peu moins important ces deux derniers jours, mais je ne vois pas ce qui justifie une baisse du BR de 91 le 17/12 à..... 75 ce matin...
Quant à la rémunération... à raison de 20 ct / jour ~, je vais devoir faire preuve de patience, avant de toucher quelque récompense hypothétique. 

Tant pis pour la mauvaise note d'OB... l'essentiel est que je prenne toujours du plaisir à écrire, et que j'y retrouve mes fidèles amis blogueurs.


Je vous abandonne, pour filer chez Francis jouer l'informaticienne en herbe.
Je repasserai vous dire si j'ai réussi à le dépanner....







Partager cet article

Repost 0

Vendredi 26 Décembre 2008. Le jour de Noël.

Publié le par Marishka

Vendredi 26 Décembre 2008 -1°C
                                         5°C




Un cache-cache pour aujourd'hui, entre le soleil et les nuages...


Francis et Françoise m'ont offert hier, une très belle journée de Noël.
Il ne manquait rien dans le beau décor de Noël, des hôtes :
La bonne humeur était au rendez-vous, les rires de enfants, et la bonne chair dans nos assiettes.
Lorsque je suis arrivée (la première) le décor était planté :
Une belle table aux couleurs de Noël, était prête à accueillir les convives et au pied du sapin une multitude de cadeaux attendaient, bien alignés, les enfants.
La ruée vers les cadeaux a commencé lorsque les 4 petits-enfants de Francis et Françoise : Dimitri, Anthony, Romane et Noémie, sont arrivés.
Les mines réjouies, l'excitation à son comble et les cris de surprise des bambins faisaient plaisir à voir.

Le pied du sapin n'est pas resté bien longtemps rangé, et en peu de temps les papiers cadeaux qui avaient été savamment enroulés avec amour autour des paquets, se sont retrouvés lamentablement froissés et abandonnés dans un coin du salon.
C'est le sort de tous les papiers cadeaux, le jour de Noël...


La belle table de Noël.





























                                         
Au pied du sapin.


Les cadeaux bien rangés... provisoirement.






















        Devant : Anthony, Dimitri, Romane et Noémie, au fond : tous bien affairés.


Alexandre et sa nièce Romane (et le cul de Francis).

Après le déballage des cadeaux, les enfants ont abandonné à regret les cadeaux et nous sommes passés à table.
Le foie gras (entre autres mets) côtoyait la dinde aux marrons et le fameux gratin de cardons : une tradition régionale. Et pour clore le tout, 2 bûches de Noël nous attendaient !

Pendant le repas j'étais la voisine d'un Père-Noël facétieux :



















Francis et Dimitri.



Les estomacs bien remplis, tandis que quelques uns s'abandonnaient à une petite sieste réparatrice, Alexandre, le fiston de Francis, s'est penché sur la connexion internet du PC, qui montrait quelques récalcitrantes...
Il a fallu tout l'après midi, pour trouver ce qui bloquait la fenêtre du monde : la prise du téléphone et le téléphone lui-même !
Tout s'est mis à fonctionner lorsqu'il a branché le tout dans la chambre sur une autre prise et utilisé un autre téléphone !
Francis était béat ! C'était ça son cadeau de Noël. Nous l'avons surpris répétant : 
"Je suis bien content que le net marche !"
Nous avons tous éclaté de rire lorsqu'il nous a dit :
"Et pour les "mailles" (mails) comment on fait ?"
Et moi :
"Tu en mets une à l'endroit et l'autre à l'envers !"
Francis, c'est pas du tricot le net !
Le langage informatique est ardu pour les novices !  
  
Il n'y a pas si longtemps que ça, il ne cessait de me dire :
"Je ne comprends pas pourquoi tu te fais chier avec un truc pareil, moi j'en veux pas !!!!"
Il faut dire que j'exerçais alors, sur un vieux dinosaure, qui tombait en panne toutes les 5 minutes !
Je l'ai rangé à ma cause, lorsque j'ai eu mon PC neuf.
Il a vu toutes les possibilités que nous offrait la fenêtre du monde. Tout à petit il a cédé à la tentation.

Après l'installation de la bête, pendant le chargement de divers programmes, le PC portable, posé sur la table des convives, nous avons dîné.
Le temps de montrer quelques manips à Francis : comment faire un "maille", j'ai pris congé de la petite famille pour regagner mes pénates. Il était tout de même 22h30 !

En tout cas ce fut une belle journée familiale, dans les rires et la bonne humeur !
Je m'en souviendrai Francis et Françoise !

Chez moi, le Père-Noël est aussi passé, mais les cadeaux sont encore sagement posés dans le décor de Noël.
Ils sont là et attendent d'être déchirés par les petits en vacances chez les padres.
Un Noël à retardement.

Une promesse de beaux moments encore à vivre.




 

Partager cet article

Repost 0

Jeudi 25 Décembre 2008. La chasse aux papillotes.

Publié le par Marishka

Jeudi 25 Décembre 2008 -2°C
                                    1°C



La météo n'a pas l'esprit de Noël dans notre région...
Des températures pas très élevées, mais ce soleil qui nous darde de ses rayons ne contribue pas à l'ambiance de Noël.

L'ambiance il fallait la trouver dans les magasins encore bondés à quelques heures de la grande fête.
Depuis 2 jours Virginie et moi sommes à la chasse des derniers rouleaux de papier cadeau et surtout des papillotes, devenues une denrée rare dans les magasins environnants...
Un Noël sans papillotes, ce n'est pas possible ! c'est comme un Noël sans Père-Noël !
Hier c'était le dernier délai, pour trouver ce qui nous manquait.

En allant chercher Virginie, chez elle nous nous sommes arrêtées dans un magasin Champion, près de chez elle. Nous y avons trouvé le papier cadeau ! ouf ! Des chocolats en pagaille garnissaient les rayons mais aucun paquet de papillotes, pour les papilles des petits... (et des grands qui ne crachent pas dessus).
Bon, il y a d'autres supermarchés à Voiron nous ne désespérons pas... nous allons les écumer.
Virginie me suggère (à tort) de voir à Champion Tullins, où nous devons aller chercher nos victuailles en commande pour nos agapes du réveillon...
A tort, car si le rayon est désespérément vide de papillotes, nous devrons retourner à Voiron....

Nous sommes prises quand même par le temps, il est déjà 17 heures, et si Champion ferme adieu veaux, vaches, cochons, couvées : pas de réveillon pour nous... Virginie fait preuve de fatalisme :
"Si c'est fermé, on se fera des pâtes !"

Je songe à "Simply Market"... ce n'est pas trop loin, nous nous y rendons.
Eurêka !!!! Nous trouvons quelques paquets de papillotes épars dans le rayons, qui côtoient les belles boîtes de chocolats.
Nous n'avons pas le choix de la qualité : ce sont tous des chocolats blancs. Tant pis la célèbre friandise de Noël, revêt un habit conforme à ce qu'on appelle papillotes.
Nous prenons 2 paquets, soulagées.

Alors que nous regagnons la voiture sur le parking, une voiture noire vient se garer, tout contre la mienne, me laissant peu d'espoir d'engouffrer ma masse corporelle dans l'habitacle, sans une gymnastique à déhancher un contorsionniste...
"Quel c.. celui-là, il n'a pas de place ailleurs !"
Virginie fait de la surenchère :
"C'est vrai, quel c.. !!!!"
Et lorsque nous approchons, nous découvrons.... Une Alex radieuse qui sort de la voiture-bouchon. Elle avait repéré ma voiture, et me faisait une blague !
Elle vient aussi à la hâte faire des ultimes emplettes...
La discussion va bon train sur le parking. 
Elle m'annonce une nouvelle qui me laisse sur le cul ! (mais que je tairai ici, pour réserver un effet de surprise à l'ayant droit.)
 
Elle jubile Alex, et nous montre ses achats dans le coffre de sa voiture ! Je n'en reviens pas : ce qu'elle prépare est INOUI !
Je vous promets de vous raconter tout ça, la semaine prochaine !

Il est temps pour nous de regagner Champion Tullins prendre possession de notre réveillon. Ouf, le parking est encore plein. Comme dans les autres supermarchés que nous avons écumés, les retardataires font leurs dernières emplettes, pour préparer la fête.

Le repas de réveillon est à la hauteur de ce que nous en espérions. Et même plus !
Nous avions demandé à remplacer le "gâteau de céleri aux fruits rouges" par du gratin dauphinois, et dans l'emballage nous découvrons les 2 !




Nous nous régalons ! Mais vu l'abondance de victuailles, nous devons renoncer à finir notre assiette de civet de cerf....

D'un commun accord, nous décidons de réserver ce relief de repas, et de remettre ça, à demain. Je compléterai par un gâteau Landais.

Après les programmes télé, nous allons raisonnablement nous coucher.
 







Partager cet article

Repost 0

L'ESPRIT DE NOËL, A ENVAHI LA BLOGOSPHERE.

Publié le par Marishka





  ♫♪♪♫♪♫♪♫♫♫♪♪♫♪

Le marchand de sable est passé, les enfants vont faire dodo,
Et tu vas pouvoir commencer avec ta hotte sur le dos,
Au son des cloches des églises, ta distribution de surprises !



J'adore depuis quelques jours me balader sur la blogosphère, il y règne un esprit de Noël sans pareil.
Tous les blogueurs et blogueuses nous font de très belles pages agrémentées de belles images scintillantes de la plus belle bonhomie de Pères-Noël, aux formes rebondissantes, de paysages enneigés enchanteurs, de sapins lumineux dans la nuit, de magnifiques broderies dont le thème est la nativité, de bonnes recettes qui vont mijoter pour régaler les invités du réveillon.
Sur les blogs règne la ferveur de Noël dans toute sa magie !

Ils nous font languir cette fête comme les enfants attendent le Père-Noël.
Nous voilà bientôt arrivés au seuil de cette attente fébrile, qui dure depuis plusieurs jours, une attente qui gonfle en intensité au fur et à mesure que l'on approche de l'heure fatidique : où les petits vont déposer leurs souliers au pied du sapin ou devant la cheminée.
Un geste plein de promesse pour nos chérubins et combien émouvant pour nous les parents et grands-parents.
Ils ont bien le temps de grandir nos petits ! que la magie exerce encore longtemps cet esprit de Noël qui me plaît tant.






















































                                                                                                                                                                        





Et quand tu seras sur ton beau nuage,
Viens d'abord sur notre maison ,
je n'ai pas été tous les jours bien sage,
Mais je demande pardon...

Petit papa Noël, quand tu descendras du ciel,
Avec des jouets par millier,
N'oublie pas mon petit soulier...


Les enfants ce soir n'allez pas vous coucher sans mettre vos petits souliers !

                      



           

Publié dans CALENDRIER DE L'AVENT.

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>