Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Vendredi 31 Juillet 2009. LES SARDINES AU BALCON !

Publié le par Marishka

Vendredi 31 Juillet 200912°C
                                 30°C





Encore chaud et encore le ventilo qui va tourner....

Je suis allée hier à Voiron chercher Virginie, consentant à quitter un moment
et à regret mon ventilo... 
Chemin faisant nous avons fait des courses au super U.
Quelle ne fut ma surprise de découvrir dans un frigo au détour d'une allée, bien emballées et rangées en rang d'oignon, têtes bêches, (mais sans queues ni têtes), des sardines toutes prêtes à la cuisson ! 

Le soir-même nous étions attablées toutes les deux devant notre assiette garnie de sardines grillées à point !
Le barbecue électrique ayant officié sur le balcon sans incommoder et nuire au voisinage par des odeurs ou fumées !

Nous nous sommes régalées !
Ce matin aucune odeur poiscailleuse ne vient nous titiller les narines ! super ces barbecues électriques !
Il y avait un moment que j'avais cette envie, la voilà enfin assouvie !




"Il ne nous manque que la mer" dis-je la mine réjouie !
Réflexion de Virginie :
"Moi, je l'ai en face !"
Pour les plus lourds d'entre-vous, si besoin est : mer et mère......


Ce matin elle me sollicite pour l'accompagner à la halle aux shoes.... fureter à la recherche de tatanes estivales ! 
Le 15 août elle part avec son copain en Espagne avec ordre de sa mère de lui ramener.... des "natillas" !
Natillas : ce sont des crèmes dessert style "danette" mais qui ont un goût si particulier : à tomber par-terre !
La dernière fois que j'en ai mangées c'était en 1992, lors de mon dernier séjour espagnol !
Je ne sais même pas si ça existe encore !
Si l'un d'entre vous a fait un séjour made in Spagna il n'y a pas longtemps.... En aurait-il vues ?
Je viens de trouver cette pub... mais elle date de 2006....


              

                         Pub pour Natillas

En tout cas Virginie part avec une glacière, ordre de la remplir jusqu'en haut !



L’origine du terme “Barbecue”


L’origine du terme “Barbecue” semble encore contreversée et plusieurs versions sont avancées…

La version la plus probable (tout au moins côté outre atlantique) est la suivante :


Lorsque les premiers explorateurs espagnols débarquèrent en Amérique centrale, notamment aux Caraïbes, ils découvrirent l’existence des tribus indiennes locales, les Taino, qui utilisaient une technique de cuisson de la viande permettant une longue conservation malgré le climat chaud peu favorable de la région.
Il s’agissait de disposer la viande sur une grille en bois suspendue au-dessus d’un brasier.

La cuisson était lente et la viande maintenue à une certaine distance du sol garantissant sa protection par rapport aux animaux et à la contamination des insectes, alors que la fumée éloignait les insectes volants et participait à la conservation des aliments.
Le même type de grilles en bois était utilisé pour dormir suspendu au-dessus du sol (sans les brasiers !).
Dans le dialecte local, la grille en bois utilisée pour la cuisson était appelée “barbacoa”...

Les espagnols de retour en Europe, rapportèrent cette nouvelle méthode de cuisson au “barbacoa” avec un enthousiasme caractéristique de l’époque pour cette nouveauté venue du Nouveau Monde.
La cuisson au barbecue se répandit dans toute l’Europe avec une adaptation du terme plus ou moins similaire dans toutes les langues.

En 1697, le terme Barbecue cité en Grande Bretagne s’apparentait encore à une plateforme sur laquelle dormir.
Mais en 1733, le mot Barbecue fut utilisé pour indiquer un rassemblement en plein air autour d’une grillade de viande.

George Washington, en 1769, nota dans son agenda sa participation à un barbecue à Alexandrie.
On raconte aussi qu’en 1540, l’explorateur espagnol De Soto introduisit le
porc sur les territoires américains correspondant à la Floride et Alabama actuels.

Le porc s’adapta très vite au climat local et devint très vite la principale source de viande pour les populations locales.

Le barbecue avec sa cuisson lente fumée adaptée aux animaux de grande taille, devint la méthode préférée pour la cuisson du porc.

Le barbecue devint ainsi la spécialité culinaire du nouveau monde que les américains considèrent maintenant comme leur principale contribution à la cuisine moderne.


Côté français, on n’est pas toujours d’accord quant à l’étymologie du terme Barbecue :

On raconte que des explorateurs français pendant la conquête du Nouveau Monde, ont mangé une chèvre entière cuite sur une grille similaire à celle précédemment décrite, et de l’avoir mangé de la “barbe à la queue”, d’où le terme “barbecue”…
Difficile de savoir à qui donner raison... Quoi qu’il en soit, cette méthode de cuisson est liée à la découverte du Nouveau Monde.

Le barbecue a été largement pratiqué en Amérique, et l’on peut sans aucun doute reconnaître aux américains le mérite d’avoir su exploiter au mieux cette méthode de cuisson à la braise.

Quelle que soit l’origine du barbecue, une chose est sûre : il vous faut des braises, une grille et de la viande.
Tout cela se déroule en plein air entre amis ou en famille.
 
Ne pas oublier le chef cuistot, un homme le plus souvent… (enfin une occasion pour les femmes de quitter leur tablier !).

Une cuisson principalement masculine probablement en raison de l’utilisation du feu qui accompagne tout barbecue, au sens ancestral de pouvoir que le feu confère à celui qui le dompte… le chef dans toute sa splendeur.

Le barbecue est quoi qu’il en soit devenu un évènement social, c’est un théâtre naturel qui permet de recevoir en toute simplicité, de satisfaire ses hôtes.
Une réjouissance pour toute une famille ou une bande d’amis, un moment convivial et joyeux autour d’un feu de bois… même si, loin de la braise et du charbon de bois, certains barbecues sont maintenant à gaz ou électriques, l’esprit jovial et familial reste de mise.



Il me plaît à penser que c'est la version française que je retiendrai :
De la "barbe au cul" !





                               

Partager cet article

Repost 0

Jeudi 30 Juillet 2009

Publié le par Marishka

Jeudi 30 Juillet 200920°C
                            30°C




Après la journée d'hier à transpirer toute l'eau de mon corps, ce matin c'est une douce brise fraîche venue du large, qui m'a tirée de ma torpeur nocturne.

J'étais tellement bien que je suis restée au lit à somnoler jusqu'à 8 h30 !
Pas envie de voir la soleil inonder le salon et fermer les stores pour vivre terrée... autant rester au lit et apprécier cet instant magique !

Il a bien fallu que je finisse par me lever...







Là maintenant je suis dans le seau.....










J'ai envie aujourd'hui de vous parler du yaourt !

Durant notre enfance, mes parents nous faisaient consommer les fruits du jardin, mais lorsque le yaourt est apparu, nous avons voulu goûter à ce délice qui paraît-il nous venait des bulgares, mais en réalité était d'origine turque...
L'épicier du coin Mr Millet, en vendait à l'unité, dans sa petite épicerie du village. Dans des pots de verre et uniquement natures.
Puis des parfums sont apparus : framboise (j'adorais), fraise...



    






Quel chemin parcouru !
Aujourd'hui des rayons entiers sont consacrés à ce petit pot, dans les supermarchés ! 
 








 
        




Voilà de quoi vous replonger en enfance.

 

Vous souvenez-vous des petits suisses de votre enfance ?
Il fallait dérouler délicatement le papier qui était autour...
Jérôme et Raphaële en trouve dans un commerce près de chez eux : des Malo.
Lorsque je les ai vus sur leur table, j'ai été transportée 40 ans en arrière !


Danone souffle ses 90 bougies cette année. A cette occasion, une maison éphémère sera mise sur pied à Paris (18e arrondissement) du 3 au 5 avril prochains et fera découvrir au public l’histoire de la marque de manière Le tout premier pot de yaourt Danoneinteractive. Yaourts aux fruits, fromages frais allégés... Danone a bouleversé le rayon crémerie à diverses reprises depuis sa création en 1919 avec de nombreuses innovations. Voici les 8 yaourts qui ont marqué l’histoire de la marque.

Le premier pot Danone
Après avoir été fondée en 1919, la maison Danone lance son tout premier yaourt, contenu dans un pot en porcelaine. Un brevet est déposé en 1928 pour protéger ce premier yaourt. A l’époque, ces produits sont
commercialisés en pharmacie.

                   
                                         Le tout premier pot de yaourt Danone

Le premier yaourt aux fruits Danone 
                                      
C’est en 1937 que Danone donne une nouvelle impulsion à sa marque en créant les premiers yaourts aux fruits. Danone avance toujours les bienfaits de sa recette.

Le premier yaourt aromatisé Danone
En 1953, Danone lance une nouvelle innovation au rayon crémerie : les yaourts aromatisés. Leur recette est concoctée à base de jus de fruits. A l’époque, les consommateurs peuvent choisir entre quatre parfums : vanille, "tutti frutti", citron et ananas. La marque pense toutefois rajouter des fruits en plus dans ces yaourts dès 1964.

Le premier yaourt brassé Danone
Devenu incontournable au rayon yaourts, le Velouté nature (un yaourt brassé) de Danone a été lancé par la marque en 1963. Quatre ans plus tard, le premier yaourt brassé avec des fruits mixés arrive en magasins. Le produit connaît un renouveau en 2005 car il peut se boire à la paille. Danone indique qu’aujourd’hui un pot de yaourt aux fruits mixé sur deux consommé en France est un Velouté, soit 60 millions de pots achetés en 2009.

Le premier fromage blanc Danone
En 1963, Danone lance Jockey, un fromage blanc onctueux. Un produit tellement connu qu’aujourd’hui le nom des pots a même remplacé chez certains foyers l’expression "fromage blanc".

Le premier fromage frais allégé Danone
En 1964, Danone révolutionne le secteur de la crèmerie en lançant des fromages frais allégés : Taillefine. Danone précise qu’aujourd’hui trois lots de Taillefine sont vendus à la seconde.

La première crème dessert Danone
Produit phare de Danone : Danette. Cette crème dessert est lancée en 1970 aux parfums de vanille et chocolat. Le produit est conditionné dans des pots en plastique. Ces yaourts sont notamment devenus célèbres grâce à la publicité "on se lève tous pour Danette", diffusée dans les années 80.

La première boisson Danone renforçant les défenses naturelles
En 1997, Danone est à son apogée et lance une toute nouvelle forme de yaourt : Actimel. C’est avant tout une boisson qui participe à renforcer les défenses naturelles de l’organisme. Actimel contient, en plus des deux ferments traditionnels du yaourt, un ferment breveté par la marque elle-même : le Lactobacillus casei.




            

Daniel Carasso, 103 ans de yaourts.

Danone a été créé en 1919 par Isaac Carasso. Le nom de la marque vient du surnom, «Danon», qu’Isaac donnait à son fils Daniel.



A 103 ans, bon pied, bon oeil, Daniel Carasso incarne le mythe de Danone, marque créée en 1919 par son père, à laquelle il a donné son nom, avant de consacrer sa vie à faire de ce pionnier du yaourt industriel un grand groupe mondial.

Né en 1905 à Salonique dans une famille juive d’origine espagnole, le petit Daniel, surnommé «Danon», s’installe avec sa famille à Barcelone en 1916.

Au lendemain de la Première guerre mondiale, son père, Isaac Carasso, est le premier à se lancer dans la fabrication industrielle du yaourt, fabriqué artisanalement depuis toujours dans les Balkans et au Moyen-Orient.

S’appuyant sur les travaux menés au début du siècle par le savant russe Élie Metchnikoff sur les vertus des ferments lactiques, Isaac Carasso créé la marque Danone et commence à diffuser ses produits en Espagne, d’abord à travers les pharmacies, puis les crémeries.








 

Partager cet article

Repost 0

Mercredi 29 Juillet 2009

Publié le par Marishka

Mercredi 29 Juillet 200916°C
                                                  
35°C




Pas un petit nuage à l'horizon !


Ce matin Caruso et sa basse-cour qui sont venus faire une incursion chez les pompiers (ils attendent toujours de faire partie des nouvelles recrues) y vont de leurs vocalises à tue-tête... sous les fenêtres de Gérard !
Si dans le quartier ça sent le poulet il ne faudra pas que je m'en étonne ! Gérard a promis de leur tordre le cou !


 













poulet.gif image by gigistudio3
         



Hier soir j'ai bien apprécié mon gaspacho. Je vous rassure je n'ai pas tout mangé il m'en reste !
Je m'en suis servie au début du dîner, comme une soupe froide.
Dans l'après midi j'en avais goûté un peu pour vérifier l'assaisonnement et comme a dit Nadine :
"Les poivrons je les aime, mais le lendemain j'en mange encore...."
Ça me remontait un peu... donc un conseil :
La prochaine fois il faut enlever la peau des poivrons, en les faisant un peu griller au four.

Autrement je l'ai trouvé excellent ce plein de vitamine frais !


Hier à 12h30 un appel téléphonique :
"Allo Mamie ! c'est Elisa !"
La puce en vacances chez papa a du avoir la nostalgie de sa Mamie de Tullins et a demandé à m'appeler....Elle le faisait du restaurant où elle était avec son autre Mamie !
Ça m'a fait tout drôle de l'entendre parler comme une grande, me disant que ses vacances se passaient bien, et qu'elle avait vu maman.
Voiron n'est pas une bien grande ville, on se croise souvent au détour d'une ruelle !

Le matin j'avais pris mon courage à deux mains pour aller faire les soldes
in extremis à Kiabi.... Il était temps la valse des étiquettes prenait fin hier soir !
Je me suis trouvé des tee-shirts, mais même pas en solde... un article acheté et les trois autres gratuits.... rien ne me bottait !
je ne suis tout de même pas revenue les mains vides. 



                            Allez un peu d'humour pour finir :




                  








Partager cet article

Repost 0

UNE PETITE NOUVELLE CHEZ OB

Publié le par Marishka




                 Bienvenue à toi Do !!!!!


                                                      



Elle est toute intimidée, elle a peur de pousser la porte et de déranger...
Elle n'osait pas faire le "grand saut", elle se faisait toute discrète... mais ça ne l'empêchait pas papillonner de blogs en blogs pour y laisser un aimable commentaire et là ce soir elle vient de faire le "grand saut" comme elle dit !

Je vous serais reconnaissante d'aller l'encourager !

Allez vite voir le blog de
Domajj

        http://terresdechampagne.over-blog.com/


Nous sommes accueillis avec de jolies fleurs champêtres !

       





       
                               Bienvenue à toi Do !!!!!






Partager cet article

Repost 0

UN BON GASPACHO ANDALOU BIEN FRAIS... ÇA VOUS DIT ?

Publié le par Marishka





UN BON GASPACHO ANDALOU BIEN FRAIS...

                                  ÇA VOUS DIT ?










On en parlait à la télévision dans une émission dimanche soir : le gaspacho fait fureur !
On en trouve maintenant, dans les grandes surfaces en briques :












          



Mais moi j'ai voulu le faire maison.
J'ai trouvé la recette de l'Internaute conforme aux recettes qu'ils ont montrées à la télévision, du moins concernant les ingrédients.


Pour 4 personnes :
 

500 g de tomates mûres.

1/2 concombre.

1/2 poivron vert.

1/2 oignon.

1 petite gousse d'ail.

5 cl d'huile d'olive.

5 cl de vinaigre de Xérès ou balsamique.

100 g de mie de pain (type pain de mie).

Sel, poivre. 





1   Commencez par monder et épépiner les tomates. Coupez-les en gros quartiers puis placez-les dans un saladier.
Ajoutez le demi
concombre et le demi poivron vert épluchés et découpés en dés, ainsi que la petite gousse d'ail et la moitié d'oignon
détaillés en lamelles.


2   Arrosez vos légumes de l'huile d'olive. Salez et poivrez légèrement, puis mélangez les légumes pour qu'ils profitent tous de l'assaisonnement.

Recouvrez le saladier avec du film alimentaire et placez au réfrigérateur pour au minimum une heure, 24 heures auparavant dans l'idéal (tous les arômes se mélangent alors formidablement).
Je ne suis pas du genre patiente et cette étape je l'ai sautée.... Mais le prochain, je m'y prendrai à l'avance et je le laisserai se reposer 24 heures.


3   Découpez le pain de mie en gros cubes et placez-les dans un petit bol ou une assiette creuse.
Versez le vinaigre de Xérès (ou vinaigre balsamique) dessus, et mélangez bien de sorte que le pain absorbe tout le liquide.

4  Placez les légumes et la mie de pain au vinaigre de Xérès dans un robot ou un blender, et mixez jusqu'à obtenir un mélange bien homogène.
On peut savourer le gaspacho tel quel ou bien le filtrer à la passoire fine pour retenir le pain et le rendre ainsi plus léger.

5  Placez votre gaspacho encore une heure au réfrigérateur avant de le servir.





                           
              Voilà le mien !

 
Servir dans une assiette avec quelques morceaux de tomates et poivrons croquants, parsemés dessus. Ou alors dans des verrines.


                






Partager cet article

Repost 0

Mardi 28 Juillet 2009

Publié le par Marishka

Mardi 28 Juillet 200917°C
                                            
27°C




Le vent a souflé très fort hier, permettant une pause prolongée de ventilo.
Tard dans la soirée des éclairs ont zébré notre ciel, mais sans plus de conséquence.... il n'a pas plu.
Aujourd'hui... plein soleil...



Infos en vrac :




Michael Jackson : suite....


Nouvelle révélation sur la mort de Michael Jackson : le site internet TMZ, qui cite les autorités légales, assure que les secours ont découvert le chanteur mort avec une intraveineuse dans le bras.

Selon le site américain, qui a été le premier à annoncer le décès de la star, le docteur Conrad Murray est au coeur de l'enquête.

Après avoir administré à Michael Jackson du Propofol, un puissant anesthésique intraveineux, le médecin aurait quitté la pièce. Une fois revenu, il aurait découvert un cadavre. Puis il aurait appelé les secours.

 Arrivés au domicile de Jackson, les secours n'ont pas tout de suite réalisé qui était la victime. Toujours selon TMZ, les ambulanciers ont mis environ dix minutes à comprendre que "le vieil homme fragile et malade" qui se trouvait devant eux était en fait Michael Jackson. Une intraveineuse était placée dans son bras. Au bout de l'intraveineuse, un sac vide et, tout près, une machine à oxygène.

Quant à l'attitude du docteur Murray, les ambulanciers l'ont qualifié d'"étrange", précisant que ce comportement n'a pas facilité leur travail. Alors que les secours voulaient déclarer le décès au domicile du chanteur, le docteur Murray a insisté pour le conduire à l'hôpital. Là-bas, après que les médecins avaient déjà perdu espoir, il a encore tenté de réanimer la star. Une attitude jugée tout autant "curieuse".

Le Parisien.






CHINE : Un patron battu à mort.
 

Des patrons séquestrés, des employés menaçant de faire sauter leur usine... Les ultimatums de désespoir de salariés confrontés à la fermeture de leur entreprise se sont multipliés depuis le début de l'année en France. Mais aussi en Chine. La situation vient de tourner au drame dans le nord-est du pays.

Des employés de l'usine sidérurgique publique Tonghua Iron and Steel, premier producteur de la province de Jilin, ont tué leur patron après l'annonce de leur licenciement pour cause de fusion de leur entreprise.


   

Le patron de l'usine sidérurgique publique Tonghua Iron and Steel a été battu à mort par des employés à qui il venait d'annoncer une vague de licenciements.




Arrestation de pyromanes en Corse.... lamentable, écœurant !


Deux incendiaires présumés qui ont été interpellés lundi matin à quelques heures d'intervalle en Corse-du-Sud, étaient pompiers volontaires.

Lundi, deux jeunes éleveurs ont été condamnés à Bastia, l'un à deux ans de prison ferme, l'autre à huit mois ferme pour destructions volontaires par incendies.
Ces interpellations portent à huit le nombre des incendiaires présumés arrêtés dans les deux départements corses en un peu plus d'une semaine.



Les pompiers luttant pour protéger des maisons en Corse-du-Sud (23 juillet 2009)






                
                                                                                                                    


La progression des flammes en Corse-du-Sud (23 juillet 2009)
















Maisons longées par les flammes en Corse-du-Sud (23 juillet 2009)

 

La Mercedes volée d'une ministre en vacances, objet du "scandale"
Limousine de fonction et chauffeur pour aller en vacances !


Allemagne :
A deux mois jour pour jour des législatives allemandes, et en pleine torpeur estivale, le vol de la limousine de fonction de la ministre de la Santé en Espagne a pris la dimension d'une "affaire".

Pourquoi la ministre de la Santé a-t-elle besoin de sa Mercedes de fonction en vacances?", s'interrogeait le quotidien Bild, résumant la perplexité générale dans un pays très attaché à la bonne gestion des deniers publics.

Ulla Schmidt a "scandaleusement dilapidé l'argent des contribuables en faisant traverser toute l'Europe à sa limousine de fonction et à son chauffeur jusqu'à son lieu de villégiature en Espagne", s'emportait dans la presse Georg Schirmbeck, responsable des questions budgétaires au sein de l'Union démocrate-chrétienne (CDU).


Ironie de l'histoire, les 2.653 km parcourus par la Mercedes Classe S blindée (prix catalogue: 93.000 euros) entre Berlin et Alicante (sud-est de l'Espagne) seraient sans aucun doute restés ignorés si le véhicule n'avait pas été dérobé.

La ministre allemande de la Santé, Ulla Schmidt (G) et la chancellière Angela Merkel le 23 juin 2009 à Berlin

AFP | La ministre allemande de la Santé, Ulla Schmidt (G) et la chancellière Angela Merkel le 23 juin 2009 à Berlin.





Du côté de chez nous : 



Notre hyperactif de président se repose ! Il lève enfin le pied !
Il va partir 3 semaines en vacances en août.... 
Voilà qui nous fera aussi des vacances !

        

                                                   





 


























Partager cet article

Repost 0

Lundi 27 Juillet 2009

Publié le par Marishka

Lundi 27 Juillet 2009 15°C
                             33°C




Aïe, aïe, aïe... que calor aujourd'hui !
                                                                        Le




                                          va fonctionner plein pot


Quelle belle journée hier dans nos montagnes dauphinoises !
Cadre majestueux, température idéale, bonne humeur et ambiance festive : tout y était !

Florent habite au bout du monde.
Après une montée en zig-zag à travers la forêt, nous arrivons à la dernière habitation du hameau. A part une ferme qui abrite des moutons, des départs de chemins de randonnée, il n'y a plus rien !
Florent a acheté une bâtisse, dans un écrin de verdure, s'étendant sur 3 hectares, pour y nicher sa petite famille, composée de Delphine et de ses deux petites jumelles de 2 ans ½ : Romane et Ambre, ses poupettes.
C'est leur coin de paradis !
Sur leurs 3 hectares, à 700 mètres d'altitude, la végétation y est diversifiée : forêts, sous-bois, prairies et un panorama à couper le souffle !

Au détour d'un virage, en contrebas de la maison, une grande prairie où des tables en L ont été dressées, sous de grandes bâches.
Nous sommes accueillis par le fumet des méchouis qui embaument la prairie. Lorsque nous embrassons Florent et Baptiste, les frangins, et les préposés à la cuisson des bestiaux, nous sommes surpris par l'odeur "méchoui" de leur eau de toilette !
Ils sont plusieurs à "caresser" d'un enduit, les moutons embrochés dans une attitude... que je dirais indécente....
A côté, des merguez répandent aussi leur odeur divine !
Florent a tout prévu : même des toilettes sèches, abritées par une bâche à l'écart dans le sous-bois, pour éviter aux convives les 200 mètres de montée, pour utiliser les commodités de la maison.

Dans l'après midi je fais fi de ces toilettes qui me demandent l'effort d'une grimpette dans le sous bois... j'opte pour les 200 mètres de montée goudronnée, pour aller poser mon séant sur les toilettes de la maison... Rosetina me propose de m'accompagner... les premiers mètres parcourus m'indiquent la difficulté de la tâche. A mi parcours je crois que je vais m'écrouler... je souffle, je souffre, je m'épuise... je guette un hélico salvateur... mais non il est au val de Grâce... il est occupé à transporter notre homme d'Etat hyper-actif.... Allez Marishka... encore un effort... je me pose sur une souche...je  halète, je reprends mon souffle, je m'éponge la sueur qui dégouline de tous mes pores... on repart, quelques mètres encore pour arriver sur le trône... enfin le plat... je descends les quelques marches de l'escalier qui mènent à la maison, les jambes flageolantes qui font la rumba...
Les toilettes ? encore des marches à monter... elles sont à l'étage... un dernier effort et me voilà soulagée ! ouf le parcours du combattant !
La descente se passe sans problème, c'est beaucoup plus aisée que la montée... Mais je m'en rappellerai de ces efforts surhumains !
Heureusement ma récompense m'attend dans la prairie : les moutons se montrent d'une tendreté incroyable !

A force d'être oints et caressés, ils nous offrent le meilleur d'eux même !
Leur bedaine farcie d'un mélange de tomates et poivrons, accompagné de flageolets nous ravissent !
Heu.... j'évite un peu les flageolets de peur de faire un concert philharmonique en altitude....
Les merguez, les côtelettes, les pizzas, quiches, petits friands, salade de riz, de pâtes, de tomates, de haricots etc... tout est succulent !
Les desserts ne manquent pas : tartes aux pommes, flancs, tiramisu, fruits etc...
Une journée à faire ripaille !

Nous quittons cet endroit enchanteur aux environs de 19 heures. Il fait alors 22°C de température là haut ! beaucoup ont revêtu la petite laine emmenée par précaution.
Lorsque nous arrivons chez nous... il fait encore 29°C !!!!

J'étais mieux en haut sur la montagne !

 


      
      Noyarey vu d'en haut ! (EZY)

      


      
   L'attitude indécente des moutons....

      


      


      
                    

      


      
          Delphine la fille aînée de Rosetina. Au fond la toile de tente dans laquelle certains des convives montés la veille ont dormi !





Partager cet article

Repost 0

Dimanche 26 Juillet 2009

Publié le par Marishka

 


Dimanche 26 Juillet 2009 11°C 
                              31°C   





Ce sera une journée plein soleil aujourd'hui !   Sans partage avec les nuages, ça risque de cogner !
                                
Une pensée, pour Anouchka (Annie), notre sisterette qui nous a quittés il y a un an ½, puisque c'est la Sainte Anne....


Je ne serai pas scotchée au clavier aujourd'hui, je n'aurai pas le temps de me pencher non plus sur mes mots croisés dominicaux, je n'ingurgiterai pas les programmes télé, mon ventilo va se enfin reposer un moment... puisque je vais m'absenter pour la journée.








 


Je suis invitée chez Florent, le fils de Rosetina qui organise un barbecue ou méchoui familial.



 










            




 
Je voudrai revenir sur l'exploit de ces amoureux de l'aviation qui ont réitéré l'exploit de Louis Blériot 100 ans après !
Dans un  premier temps il a fallu reconstituer le Blériot XI à l'identique...

Cent ans après Blériot, un pilote retraverse la Manche en monoplan


AFP | 25.07.2009 | 12:07
Cent ans tout juste après l'exploit de Louis Blériot, qui fut le premier homme à traverser la Manche en avion le 25 juillet 1909, un pilote français s'est élancé samedi à bord d'une réplique du monoplan du célèbre aviateur samedi et a réédité avec succès cet exploit en ralliant Calais à Douvres.

Edmond Salis, 39 ans, s'est envolé à 9h13 après un petit retard dû au vent, arrivant 40 minutes plus tard à Douvres. Cinq hélicoptères de presse l'accompagnaient et environ 500 personnes ont assisté au décollage depuis "Blériot Plage", près de Calais, par une météo redevenue clémente.

Avec un moteur de la puissance d'une tronçonneuse, le monoplan d'Edmond Salis est une copie du mythique Blériot XI offerte à l'aviateur par les ouvriers de l'usine pour le 25e anniversaire de sa traversée.

D'autres casse-cous, à bord d'engins volants divers, devaient participer un peu plus tard à une course aérienne dans l'après-midi. Et dans la soirée, un dîner de gala était prévu à Douvres, suivi d'un feu d'artifice.

Des spectateurs vêtus de costumes d'époque ainsi qu'une voiture, également d'époque, étaient sur place dès vendredi dans le cadre des cérémonies liées à ce 100e anniversaire. Les descendants de Louis Blériot devaient également y participer.

Louis Blériot, qui avait alors 37 ans, était considéré comme un fou par sa propre mère. "Il veut survoler la Manche dans un cerf-volant", s'inquiétait-elle auprès de ses amis. L'aviateur était pourtant allé au bout de son rêve, récoltant au passage les 1.000 livres de prime offertes par le quotidien "Daily Mail".

Cent ans plus tard, "c'est toujours une aventure", a confié avant le départ Edmond Salis. "C'est un vieil engin, c'est un vieux moteur, mais il est bien entretenu, il fonctionne bien, il n'y a donc pas de raison d'avoir de problèmes", a déclaré celui dont le père, Jean, un constructeur d'avions de 72 ans, l'a aidé à mettre au point l'appareil pour le périple. Son grand-père, Jean-Baptiste, fut un as de l'aviation pendant la Grande guerre.

Le modèle conçu par Blériot, rendu célèbre après son exploit, avait ensuite été commercialisé avec plus de 800 exemplaires fabriqués, et utilisé par plusieurs forces aériennes pendant la Première guerre mondiale. Le vol de Blériot est survenu durant une décennie au cours de laquelle plusieurs pionniers, en Europe et en Amérique du Nord, avaient mis au point les rudiments de la technologie aérienne et repoussé ses limites.

Pour réaliser son rêve, Blériot avait travaillé pendant dix ans et dépensé toute sa fortune. Accompagné par seulement quelques amis et collaborateurs, il avait remorqué son appareil pour le mettre en position de départ dans un champ, près de Calais, pendant la nuit.

Doté d'un moteur de 25 chevaux, l'appareil, fabriqué notamment avec de la toile et du bois, avait été baptisé le Blériot XI. A 4h41, le monoplan, d'une longueur de 7,05 mètres, avait décollé. Trente-huit minutes plus tard, Blériot avait gagné son pari en atterrissant près de Douvres, sur la côte anglaise. Il était le premier homme à avoir survolé la Manche.

L'atterrissage avait été un peu rude, et l'avion endommagé, parce que Blériot avait dû couper le moteur à 20 mètres au-dessus du sol. Sans conséquence fâcheuse.

"Blériot a été le premier à prouver que voler n'était pas un passe-temps pour des fous", a observé François Mathias, un expert du Musée des arts et métiers à Paris, où est exposé le Blériot XI et qui commémore également le centenaire par une exposition temporaire consacrée au célèbre aviateur.

Moins de vingt ans après cet exploit, le 21 mai 1927, Charles Lindbergh était devenu le premier homme à survoler l'Atlantique, en se posant au Bourget, près de Paris. Louis Blériot lui-même était là pour le féliciter. Lindbergh aurait alors dit qu'il était prêt à traverser l'Atlantique dans l'autre sens à bord de son appareil, avant d'ajouter: "Mais je ne survolerais pas la Manche dans un Blériot XI". AP


 

Le 25 juillet 1909, Louis Blériot traverse à bord de son Blériot XI, sans plan de vol, les 37 km de la Manche entre Sangatte et les falaises de Douvres en 32 minutes © AP/SIPA.


   Edmond Salis, un pilote français, décolle, le 25 juillet 2009, aux commandes d'un «Bleriot XI», copie de l'appareil avec lequel Louis Blériot qui a effectué la première traversée de la Manche, 100 ans plus tôt.
Edmond Salis, un pilote français, décolle, le 25 juillet 2009, aux commandes d'un «Bleriot XI», copie de l'appareil avec lequel Louis Blériot qui a effectué la première traversée de la Manche, 100 ans plus tôt./ P. HUGUEN / AFP




region@lavoixdunord.fr

PHOTO JEAN-PIERRE BRUNET «  Le ronflement se fait plus fort puis un ronronnement. Puis il me semble perdre la tête. Non, c'est impossible, ce n'est pas lui, lui, Blériot. Je me trompe, c'est un oiseau... » Du haut de sa falaise, à Douvres, Charles Fontaine, journaliste au Matin et ami de Blériot, n'hallucinait pas. C'était bien Blériot, réussissant un exploit historique qui devait ouvrir la page de l'histoire de l'aviation. Désormais, l'homme savait voler, vraiment, au-delà du saut de puce dont, jusqu'à ce 25 juillet, il avait dû se contenter.

Cent ans après, hier, en ce matin ensoleillé, l'impression est la même. Un oiseau, une alouette. Edmond Salis vole au-dessus de la Manche à bord de ce monoplan aux ailes blanches en toile de lin et à la coque en frêne. Un manche pour décoller et atterrir, un palonnier pour se diriger. Et ce moteur, un peu plus puissant que celui du pionnier qui, à l'époque, ne dépassait pas 25 ch, l'équivalent des premières 2 CV. Dans les airs, le pilote a la tête dans le ciel, écharpe blanche au vent, lunettes, casque et blouson de cuir marron. Seule protection, un gilet de sauvetage, comme Blériot, que l'aviateur avait pris soin d'enfiler sous son bourgeron bleu, ne sachant pas nager.

On voit cet oiseau piloté survoler de sa petitesse un ferry et l'on repense aux écrits de Blériot : « Des marins, des matelots, m'envoient des hourras enthousiastes, j'ai presque envie de leur demander la route de Douvres. Hélas, je ne parle pas anglais. » Cent ans plus tard, au sol, ceux qui ne s'attendaient pas à cela ont certainement, comme nous, été tout aussi éblouis par tant de légèreté et de fragilité, surpris par cet engin d'un autre temps. Mais imaginez qu'il y a cent ans, qui plus est, voir un avion voler était du domaine de l'impossible.

Au sol, néanmoins, quelques minutes plus tôt, alors que le vent compromettait ce décollage anniversaire, chacun se demandait comment cette drôle de bête pouvait traverser la Manche. De sa faconde qui nous a tous un jour transportés, le journaliste Michel Chevalet, est ébloui par cet avion, sorti des usines Blériot en 1934. Il s'enthousiasme avec ce timbre de voix si particulier : « Imaginez... » Cette technique, le courage de Blériot.

Du courage, il en a fallu beaucoup à Edmond Salis. Moins qu'à Blériot, certes, car son avion avait déjà traversé trois fois la Manche : en 1959, pour le cinquième anniversaire, avec le grand-père d'Edmond aux manches, en 1980, puis avec le père d'Edmond, Jean, pour un film de Daniel Costelle. Il n'empêche, tenir cette feuille...

Épique

Braver le vent. Le décollage fut épique. Le moteur s'est échauffé une dizaine de minutes, l'avion étant retenu par la famille. Une fois lâché, il est parti comme un élastique relâché, tressautant sur ces deux frêles roues dans ce pré bosselé de Blériot-Plage, hameau de Sangatte, à quelques dizaines de mètres de l'endroit où était parti Blériot il y a un siècle. Tel un jouet, il s'est rapidement envolé, balbutiant dans le vent avant de se caler. La foule était là. Une émotion réelle se dégageait, comme si cent ans en arrière nous étions replongés. Pierre-Alain Antoine, directeur des opérations de vol, est resté en contact avec les radios des hélicoptères qui escortaient la libellule. De l'autre côté de la Manche, tous les descendants de Blériot ont vu la construction de leur aïeul se poser comme une fleur après une traversée plus longue de cinq minutes que la première (42 au lieu de 37). En France, Pierre-Alain Antoine s'écriait : « L'Angleterre n'est plus une île, nous l'avons refait cent ans après. » •



Un siècle après on fait le tour du monde dans des avions qui transportent près de 500 personnes !
Dans le domaine de l'aviation les progrès ont été fulgurants !







Partager cet article

Repost 0

Samedi 25 Juillet 2009

Publié le par Marishka

Samedi 25 Juillet 2009 15°C
                                27°C




Voilà des températures qui me laisseront respirer et ménageront mon ventilo, soumis à un usage intensif en ce moment !

Le ciel a été bien menaçant hier soir, mais pas de pluie... Il y a eu des rafales de vent qui nous ont fait le plus grand bien.


Aujourd'hui c'est jour de grande transhumance : c'est le chassé croisé tant redouté, des juilletistes et des aoûtiens !




Pour la quatrième vague de départs en vacances ce samedi, Bison futé a prévu une circulation très difficile sur les routes, avec des embouteillages dans les secteurs réputés sensibles, comme la Vallée du Rhône.

La journée est classée rouge au niveau national dans le sens des départs et des retours dans le sud-est du pays, et orange dans le sens des retours au niveau national.

Dès 7h30, pas moins de 64 kilomètres de bouchons étaient enregistrés en province, essentiellement sur l'A7, qui relie Lyon à Marseille.




Je vous ai mis Bison futé, dans mes liens à droite. Il pourra peut-être vous aider à ne pas subir de gros bouchons sur les routes !

En attendant je vais ménager et cuisiner, je ne peux pas compter sur bison futé pour ça.... 












































Partager cet article

Repost 0

Vendredi 24 Juillet 2009

Publié le par Marishka

Vendredi 24 Juillet 2009 17°C
                                  25°C



Enfin un peu de fraîcheur, avec l'orage qui a éclaté hier soir !
Je l'attendais celui-là !



En fin d'après midi, je suis allée à Voiron chercher Virginie.
Je ne pouvais pas lui dire de prendre un car... elle avait acheté un polochon pour le lit de la nouvelle chambre !
Vérification faite : la fenêtre du monde ne connait pas un polochon ! elle me dit traversin ! Mais moi j'aime mieux dire polochon !!!!!
Les batailles de polochon, sont plus connues que les batailles de traversin ! 


























Toujours est-il c'est que Virginie était chargée comme une bourrique !
Sur le chemin du retour nous sommes allées encourager Francis et Françoise qui repeignent leur cuisine.
Un impératif : il faut que ce soit fini aujourd'hui avant midi !
Car vers 13 heures leurs petites-filles : Romane et Noémie débarquent pour 3 semaines de vacances chez papy et mamie !
Voilà qui comblera un peu le vide laissé par Dimitri et Anthony.
Ils sont souvent en communication Internet, avec leurs grands-parents, depuis le Laos et avec la webcam ils peuvent se voir. Ça c'est super !
Dimitri a dit qu'il apprenait le laotien avec un cousin !



Aux infos.

L'horreur se poursuit du côté de la Corse !

Après Marseille
, c'est la Corse du Sud qui est touchée par les feux. Trois importants incendies se sont déclarés jeudi après-midi, ravageant plus de 4.000 hectares de maquis et forêts et forçant les pompiers à évacuer des villages.
Le maquis et les forêts de l'Ile de beauté, qui a connu des températures dépassant les 40° ces derniers jours, sont balayés depuis jeudi soir par des murs de flammes.

      
                 La forêt corse ravagée par plusieurs incendies.

        


                 

Une contruction brûle dans le village de Tavaco, dans la plaine de Peri.
© AFP / Stephan Agostini


Du côté de Marseille :

INCENDIE - Les pompiers ont fini leur travail, la justice poursuit le sien...

Sous contrôle depuis jeudi, le «feu principal» a été éteint ce vendredi matin à Marseille, ont annoncé les marins-pompiers. L'incendie s'était déclenché mercredi sur le camp militaire de Carpiagne et propagé jusqu'aux portes de la ville. Sur place, 300 pompiers et militaires restent en alerte

  Des militaires seraient à l'origine de l'incendie qui s'est déclaré aux portes de Marseille le 22 juillet 2009. Photo postée par un internaute.
Des militaires seraient à l'origine de l'incendie qui s'est déclaré aux portes de Marseille le 22 juillet 2009. Photo postée par un internaute./Pascal BOURLIER
 


Feu marseille les 3 ponts vue de saint loup - Feu marseille 106
Posté par
Didax
(voir sa page)

Feu marseille les 3 ponts vue de saint loup


Feu Marseille (Carpiagne) - IMG_0227

Feu Marseille (Carpiagne)


marseille en feu - marseille

Posté par LOLA28 vu 132 fois
marseille en feu


Les marseillais ont eu bien chaud !!!!!





Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 > >>