Samedi 30 Juin 2007

Publié le par Marishka

Samedi 30 Juin 2007

23 h 30, c'est l'heure à laquelle, je viens coucher ma journée...
J'ai "ménagé" dans l'appartement une bonne partie de la matinée, et il était midi, lorsque j'ai enfin été prête, pour aller faire des courses. 
Les magasins ne fermant pas entre midi et 14 heures, j'ai volontairement choisi ce créneau horaire, pour éviter la foule et les files d'attente aux caisses.
Je comprends très bien le terme de "courses", "les bien nommées", elles se passent à toute allure !
Il est 14 heures, lorsque je me pose et me mets à table !
Moi qui respecte une discipline de fer, en matière d'horaire, quant à la prise des repas...pour aujourd'hui je déroge à la règle.
Habituellement c'est 12 h et le soir, 20 heures. 
Seule l'heure du petit déjeuner est variable en fonction de mon réveil.
Si je m'éveille à 4 heures du matin, comme ça m'arrive souvent, je n'attendrai pas 8 heures, pour sacrifier aux rituels de p'tit déj...

"Les courses", ça me rappelle Jérôme.
Il habitait un petit appartement à Grenoble.
Un jour au téléphone, nous parlions des courses qu'il devait aller faire. Il se déplaçait en vélo, son sac sur le dos, pour le remplir de victuailles.

Et il me dit : "j'ai mal au dos, lorsque je fais les courses".
Et moi : "Ha bon ? ton sac est trop lourd ?"
"Non, mais je fais les courses à 4 pattes..."
 "Ben, alors pourquoi ?"
"Je suis obligé de faire les courses à 4 pattes, c'est en bas qu'il y a les premiers prix !"
Véridique !!! 
Toujours le bon mot pour me faire rire !
C'est comme lorsque je suis allée à Carquefou, l'été dernier.
Camille qui commence à parler, n'est pas contrariant et dit souvent :"oui" à tout ce qu'on lui demande...En prononçant plus "huiii" que "oui"...
Et Jérôme me fait remarquer : "il n'est pas contrariant, il répond toujours oui, tu vas voir" :
"Camille, tu veux manger" ? Et Camille : "huiiiii"
"Camille, tu veux boire" ? Et Camille : "huiiii"
"Camille tu veux que papa t'achète un avion" ? Et Camille : "huiiii"
"Camille, on va aux putes" ? Et Camille :"huiiiii"
" Tu as vu, il dit toujours oui" !
Avec Raphaële nous étions mortes de rire !
Je lui dis que je suis sure qu'il sait dire non, et je le prouverai !
Le lendemain, Camille s'éveille de la sieste, et je lui demande en lui tendant les bras : "Tu viens avec Mamie, on va dodo". Et Camille : "Non" !
Un "non" bien ferme ! "Tu vois qu'il sait dire non" !

Pour revenir à mon emploi du temps de la journée : 
Juste comme je finissais mon déjeuner, Alex est passée, comme elle le fait souvent quand elle a les enfants chez les "padrés".
On aime bien se retrouver seules, sans les enfants qui nous coupent les conversations, ou qui nous accaparent.
Alex revenait des soldes avec Méghane. Patrice avait consenti à lui la laisser, afin qu'elles fassent leurs emplettes, en toute tranquillité. 
Après avoir déposé Méghane chez Patrice, Alex a décidé de m'accompagner à l'hôpital, pour aller voir Anouchka. Il y a une quinzaine de jours qu'elle ne l'a pas vue, et je la mets en garde : "tu verras, elle a changé"....
Auparavant nous récupérons au passage Roselyne et Bernard.

Nous trouvons Anouchka, attablée à la salle à manger, en compagnie de 2 "pensionnaires", elle est prostrée et elle nous tourne le dos...Et lorsqu'enfin elle nous aperçoit, elle dit : Heureusement que vous êtes venus ! (???)
Et regardant Bernard : "Francis, je savais que tu allais venir, tu dormais dans la chambre là bas..." 
On lui dit que c'est Bernard....Et on lui dit que l'on va se diriger vers sa chambre. Elle se lève péniblement et se met "en route"...
Et dans le couloir :
"Elle est où ma chambre, il est grand le château de Beautiran, je me perds..."
C'en est trop pour Alex qui s'effondre, elle reste en arrière et pleure à chaudes larmes...Sa démarche incertaine de veille mémé, et ses hallucinations l'ont fait craquer...
Je l'avais prévenue, mais me dit-elle ça dépasse ce que j'imaginais...
Tout au long de notre visite, elle nous dit des choses insensées.
du style :
-La secrétaire de Pierre m'a amené le téléphone...
-Pierre a bien fait de faire un hôpital, dans son château...
-Le matin elle avait demandé à une pensionnaire, quelle aile du château   elle habitait...
-Elle demande à voir les vignes par la fenêtre... 
Francis et Françoise arrivent à leur tour, et Francis qui l'a vue la semaine dernière, se rend compte du changement...
Nous sommes atterrés !
Par moment elle a des instants de lucidité. Elle nous dit qu'elle est là depuis 10 jours : exact !
Elle sait qu'il y a les cousinades, samedi prochain et demande comment elle va sortir...On la rassure, on s'en occupe.
Dans la chambre, elle nous montre le placard voisin, vide et nous dit : "on m'a tout volé" ! On lui montre où est son placard...Idem pour la table de nuit, elle ne trouve rien, car c'est celle de la voisine...

Les infirmières que je suis allée voir, m'ont dit que c'est souvent en cas de grosse dépression, que les patients hallucinent ainsi, mais qu'ils guérissent...
En tout cas il va falloir prévenir Pierre, qui doit venir aux cousinades, et va avoir un choc !
Elle régresse...elle ne peut pas se laver ni s'habiller toute seule.
Elle nous a avoué que lorsqu'elle était chez elle, elle n'arrivait plus à enlever son soutien-gorge, et elle l'a coupé au ciseau...
Hier sa fille A-R, l'a appelée au téléphone et elle disait à A-R qu'elle était à Beautiran, au château...Et toi tu es où ?
A-R:"Chez Guillaume"...Et A-Rébecca ponctuait en disant: "mais maman tu sais bien que tu es à Grenoble et moi à Bordeaux" !!!!
Elle a sans doute chamboulé sa fille....
Elle aussi, va la trouver changée, lorsqu'elle va revenir le 8 juillet !

Nous l'avons quittée, nous aussi complètement chamboulés.

Il me tarde d'être plus vieille d'un an...et la voir guérie !

Lundi matin j'ai une mission : 
Appeler son médecin pour lui demander de la faire sortir le samedi matin.
Après notre soirée cousinades, Francis la prend chez lui, pour finir la nuit...et il la ramènera à l'hôpital le dimanche matin.
En effet Roselyne s'apprête à partir, se reposer une semaine avec Bernard, et elle ne pourra pas s'en charger.
Je vais aussi demander l'autorisation de l'emmener dans le parc, sous notre surveillance, histoire de lui faire prendre l'air.
Aujourd'hui les infirmières n'ayant pas l'autorisation expresse, nous l'ont refusé. Normal.


Il est 1 h 25...Je vais me reposer, une longue journée m'attend...et je vais enfin serrer mon petit Camille dans les bras !


 







Commenter cet article

Agnès 05/07/2007 14:27

Eh bien, quelles nouvelles d'Annie ! Heureusement, le médecin précise que c'est fréquent en cas de grosse dépression, mais guérissable. Et surtout, j'en ai la confirmation, puisque je lis "à l'envers", et que je sais maintenant, en ayant vu la suite, qu'Annie va mieux.