Lundi 20 août 2007

Publié le par Marishka

Lundi 20 août 2007


Difficile réveil ce matin. 
Pas de soleil pour m'accueillir, ni de Caruso pour me souhaiter une bonne journée.
Il pleut et Caruso a préféré laisser ses plumes et ses pattes au sec.
Un temps d'automne sans les jolies couleurs, qui l'accompagnent.
La matinée a passé à toute allure.
Je suis revenue de Grenoble à 11 heures, juste à temps pour aller à la permanence de la sécu à Tullins.

Là, il ne pleut plus mais c'est vraiment la grisaille et le froid qui dominent.
J'ai dû enfiler une veste...il y a longtemps que je n'avais pas eu froid.

Alex m'a appelée sur le coup de midi. Elle prend la route ce soir, avec Elisa. Si elle ne rentrent pas trop tard elles passeront dîner à la maison.
Il est vrai que lorsque l'on rentre de vacances, c'est agréable de ne pas se casser la tête pour faire le repas.
Et je vais revoir Elisa, à qui paraît-il, je manque. L'autre jour au téléphone, elle me disait qu'elle voulait me voir...
Alex m'a dit que la petite profitait au maximum de la vie à l'extérieur. 
Elle ressemble m'a t-elle dit à une petite bohémienne, débraillée, les cheveux blonds aux vents et la peau brunie au soleil ! 
Vais-je la reconnaître ?
Alex commence son travail demain...on dira qu'elle en aura profité jusqu'au bout de ses vacances !
J'avais mal calculé...je croyais avoir encore cette semaine de libre...à moins qu'Elisa ne soit chez son autre Mamie...

Jérôme et Raphaële, sont revenus de Soulac, sans Camille. Il passe une semaine chez les grands-parents qui le ramènent dimanche prochain.
Ça doit leur faire tout drôle de se retrouver tous les deux...

Difficile de concilier les vacances des enfants avec le travail.
A moins d'être dans l'enseignement, les parents n'ont pas 2 mois de congés...Heureusement, les Mamies sont là.

Encore une semaine et ça sentira à plein la rentrée des classes.
Alex va courir les magasins, cette semaine avec les aînés, pour préparer le matériel scolaire.
Je n'aime pas du tout cette atmosphère de rentrée, qui signifie la fuite des beaux jours et l'arrivée de l'automne. 
Les jours raccourcissent à vue d'oeil. 
Les feuilles des arbres ne vont pas tarder à se teinter d'ocres, jaunes, bruns et rouges...Certes c'est très joli, mais elles finiront inexorablement, lamentablement, par périr à leur pied...C'est la fin de la belle saison...

Déjà, les cyclones se préparent à tout dévaster du côté des Caraïbes. C'est le signe que l'automne est bien là...
Je suis allée sur le site de la météo des Antilles, afin de voir si Pierre, mon frère, doit craindre les fureurs de Dean...St. Martin est situé plus haut que la Martinique et apparemment pas d'inquiétudes pour le frangin.
Il doit faire face aux cyclones des Antilles et des aléas météorologiques dans le bordelais...Et craindre le mildiou qui a fait son apparition dans les vignes. J'ignore si ses ceps sont touchés...

Tullins est la ville de l'inventeur de la "bouillie Michel Perret", qui permet de lutter contre les maladies des vignes.  

Sur le net :

Michel Perret (1813-1900)
           160px-Blason-Clermont-Tonnerre-svg.png
                                                                                               Les armoiries de Tullins 

Michel Perret et Tullins

En 1861, il achète à Tullins la propriété des Chartreux. Il s'intéresse à la vie locale et devient maire de Tullins Fures. Grand humaniste, il fonde l'hôpital et s'attache, avec son épouse, à aider les plus démunis, et à la promotion des jeunes gens méritants. Il créa les bourses Michel Perret destinées à des jeunes étudiants Tullinois. Grâce au legs que Michel Perret a fait, la municipalité continue de les distribuer.

 C'est lui qui va réaménager au siècle dernier "la maison des Chartreux" dans le goût du second empire. Michel Perret naît en 1813 à Lyon. Son père dirige une fabrique de produits chimiques et le jeune Perret entre dans la carrière de chimiste. En 1833, il découvre un procédé pour obtenir à bon prix de l'acide sulfurique à partir de la pyrite, ce qui lui apportera gloire et richesse.
Esprit créatif, il invente entre autres "la bouillie Michel Perret" contre les maladies de la vigne.

mairie.jpg  L’histoire de Tullins commence à l’époque des Celtes avant que les Romains n'occupent la région. À la mort du dernier seigneur de Tullins en 1428, le Dauphin hérite de la seigneurie de Tullins. Après le rattachement du Dauphiné à la France, la ville est donnée en engagement à différentes familles de la région pendant plus de deux siècles (de 1428 à 1650). Les Clermont-Tonnerre obtinrent la charge héréditaire de Tullins jusqu’à la Révolution. Au XVIIe siècle, de riches familles s’installent à Tullins et restaurent des maisons médiévales dont nous gardons encore trace (nombreuses portes inscrites à l’inventaire des Monuments Historiques). Dès le début du XIXe siècle, l’industrialisation se développe dans le hameau de Fures avec la toilerie de chanvre, la soierie, la métallurgie et la papeterie grâce à la force motrice de l’eau déjà utilisée au Moyen Âge. Après l’endiguement de l’Isère à la fin du XIXe siècle, la plaine de Tullins se prête alors aux cultures céréalières ainsi qu’à l’élevage bovin. La production de noix (Noix de Grenoble AOC) se développe pour remplacer le vignoble, qui s’étendait sur les coteaux et surtout en plaine, où la mécanisation permet une exploitation facile de la production.

 

  Le clos des "Chartreux" et la Mairie.                         

 mairie2.jpg mairie3.jpg
  A droite :   Le Grand Salon où se déroulaient les réceptions au siècle dernier. 
 Aujourd'hui c'est le Salon des Mariages, où sont dispensés les cérémonies et les conseils municipaux.
 

Cette ancienne propriété des Chartreux abrite actuellement l'Hôtel de Ville, l'une des plus belles mairies du département de l'Isère. Réaménagée au XIXème siècle, la "maison" conserve de magnifiques boiseries, des peintures, des vitraux, des mosaïques, qui restituent l'ambiance des riches demeures du second empire. A l'origine, les Chartreux de la Sylve Bénite exploitaient des vignes sur ce coteau bien exposé de Tullins. 

 A la Révolution, les Chartreux sont expulsés, et en 1861, la propriété est achetée par Michel Perret, riche industriel Lyonnais. C'est lui qui va transformer la "demeure" en une magnifique villa de style italien. En 1949, des religieux de l'ordre des Rédemptoristes se portent acquéreurs du domaine et fondent un séminaire. Enfin en 1976, la Commune achète le domaine, et y installe la mairie.

Commenter cet article

Agnès 22/08/2007 20:57

On apprend plein de trucs sur ton blog !!! Bisous.

rose 21/08/2007 06:23

coucou, c'est bien tu as fait toutes tes démarches administratives, une bonne chose de faite, il ne faut jamais remettre au lendemain ce que l'on peut faire le jour même, et ce qui est fait n'est plus à faire, telle est une de mes devises.. J'espère que les vacancières sont arrivées à bon port, c'est vrai que la rentrée est difficile surtout que l'été a été un éclair cette année.. mais on an'apprécie pas autant l'été si on l'avait toute l'année et c'est un retour des choses. Quelle belle hitoire tu nous narres sur Tullins, ton blog est super instructif, on le parcourt avec plaisir... Bonne journée sous la pluie, moi je mange à 12h chez Valentine, je vais faire les courses avec Baptiste et je vais voir mes Pépettes cet a midi, je suis bien Buzy.. Big bisous Rose