Dimanche 21 Octobre 2007

Publié le par Marishka

Dimanche 21 Octobre 2007


Ce matin, je n'ai ouvert un œil qu'à 7 h 30...Une grasse mat pour moi.
Le quartier est plus calme le dimanche. 
Il n'y a pas le camion-poubelle qui fait sa collecte quotidienne et l'ascenseur ne fait aucune ascension dans les étages.
Je n'ai même pas entendu Caruso s'égosiller...et dehors je ne le vois pas. Lui aussi grasse mat ? 
L'expression se lever comme les poules, est-elle d'actualité dans mon quartier ? 
Si on ne peut plus compter sur le coq...
A propos de volaille : Il fait un froid de canard aujourd'hui ! La petite laine va être de rigueur.

Hier, comme convenu, j'ai commencé à débarrasser ma cave.
J'ai passé la matinée à faire le tri d'une montagne de papiers, qui m'avaient envahie.
Je viens de tourner la page sur 15 ans de syndicalisme !
En fin de matinée, j'en avais les mains endolories à force de déchirer les dossiers.
Me replonger dans ce passé a fait resurgir en moi des souvenirs douloureux, que je tente de fuir depuis des années...
15 ans de syndicalisme, autant de luttes ! 
Des souvenirs de victime d'un harcèlement moral, que j'ai subi, dans mon entreprise...Mais j'y reviendrai plus longuement ultérieurement.
 
Dans quelques mois, je procéderai de la même façon avec mes dossiers de la Mairie, qui eux aussi se sont accumulés.
Je ne renouvelle pas mon mandat de conseillère municipale, je laisse bien volontiers la place aux jeunes. 
Pour ce qui est du bénévolat, j'ai assez donné.

Allez, je vais vous avouer un truc rigolo :

En effectuant mon tri qui tue, j'ai été confrontée à un problème de taille :
Un gros sac poubelle, près de moi, je déchirais les dossiers à tour de bras et le sac se remplissait allègrement...
Lorsqu'il fallut le déplacer et aller vider le contenu dans le container-papiers au rez de chaussée...j'ai éprouvé mille difficultés à le soulever et il déclarait forfait en se déchirant...
Que voulez-vous que je fis ?
Si tu ne vas pas à la poubelle, la poubelle viendra à toi...
Il m'a paru plus simple d'aller au rez de chaussée et monter le container au 5 ° étage, dans l'ascenseur ! Malin, hein ?
Si mes enfants avaient vu, la poubelle dans l'appart ils se seraient posé des questions sur mon équilibre mental...
J'en riais toute seule !
Aux oubliettes les papiers...

Pour la suite du rangement, je vais attendre Virginie pour me prêter main forte. A deux, nous ne serons pas de trop.

Pas de trop bonnes nouvelles d'Anouchka, hier.
Rosetina et Bernard y sont allés un moment et m'ont dit qu'ils l'ont trouvée fatiguée. Elle dormait.
Ce matin un email de Cédrik (écrit à 3 h 48 ), me confirme que lui aussi l'a trouvée bien fatiguée et sans appétit...Inquiet, il ne dort presque plus.
Je vais aller la voir cet après midi.

Pour l'heure je vais me préparer à aller faire mes emplettes dominicales, au tabacco du coin.



La pensée du jour d'EVENE :

L'intelligence, c'est comme les parachutes, quand on n'en a pas, on s'écrase.
[ Pierre Desproges ]


Je suis de retour de visite à Anouchka. J'y suis allée de 16 heures à 19 h 30 . Pas la forme...Je l'ai trouvée très affaiblie...          

 



Commenter cet article

rosetina 21/10/2007 17:08

Coucou, Marishka je suis revenue de ma ballade (15 km), je suis fourbue... alors tu fais le vide de ta cave,tu élimines les dossiers.. et tu vas carrèment cherché le container.. Bonne journée Bises Rose